Manger des fruits et légumes diminue les symptômes de la ménopause

Bouffé de chaleur, sécheresse vaginale, irritabilité… la ménopause n’est pas forcément une nouvelle phase de vie facile pour les femmes. Toutefois, une nouvelle étude suggère qu’il suffirait de manger des fruits très régulièrement pour en réduire les symptômes désagréables.
© Istock

Ecouter l'article :

Manger une pomme par jour n’éloignerait pas uniquement le médecin… mais aussi les symptômes de la ménopause selon une nouvelle étude parue sur le site de La North American Menopause Society (NAMS)

Si le traitement hormonal de la ménopause (TMS) a fait ses preuves contre les troubles ressentis par les femmes ménopausées, les scientifiques cherchent des alternatives, en particulier pour les patientes qui présentent certains facteurs de risques face à ces soins pharmacologiques. Ils se sont ainsi penchés sur leur mode de vie et leurs habitudes nutritionnelles

Le régime de 393 femmes ménopausées passé au crible

Des études antérieures ont montré que l’alimentation jouait un rôle essentiel dans la production d'œstrogène, et par conséquent les symptômes de la ménopause. Le régime méditerranéen - riche en légumes, fruits, céréales et noix - serait particulièrement efficaces contre les signes gênants de la ménopause.

Pour confirmer ces travaux, les chercheurs de la NAMS ont interrogé 393 femmes ménopausées âgées de 40 à 76 ans sur leur alimentation ainsi que leurs symptômes physiques (bouffé de chaleur, insomnie...), leurs difficultés psychologiques (dépression, anxiété) et leurs troubles uro-génitaux (sécheresse vaginale, problème de vessie).

Les participantes ayant le régime le plus vert “avaient plus d'énergie et d'activité physique que les personnes qui ont déclaré une consommation plus faible”. Elles avaient aussi des troubles liés à la ménopause plus atténués.

Quels fruits et légumes diminuent les symptômes ?

L’équipe a ensuite voulu déterminer quels aliments agissaient le plus sur les désagréments vécus par les femmes ménopausées. 

Si la consommation de tous les fruits confondus est significativement liée à une atténuation des signes physiques de la ménopause, les agrumes (citron, orange…) semblent particulièrement efficaces sur l’ensemble des troubles de la ménopause. Les femmes ont également tout intérêt à privilégier les légumes crucifères (c’est-à-dire le chou-fleur, brocoli, chou, chou frisé, choux de Bruxelles…), les légume-feuilles (la salade, le cresson, les endives, les blettes, les épinards, l’oseille…) et les légumes jaunes (carotte, citrouille). 

Tous ces aliments sont, en revanche, associés à un risque accru de troubles uro-génitaux (problème de vessie...).

Le Dr Stéphanie Faubion, directrice médicale du NAMS, explique “cette petite étude transversale fournit quelques preuves préliminaires concernant l'influence de la consommation de fruits et légumes sur les symptômes de la ménopause. Il existe de nombreuses preuves qu'une alimentation saine, riche en fruits et légumes, a un effet bénéfique sur la santé d'une multitude de façons. Toutefois, une recherche supplémentaire est nécessaire pour déterminer si divers symptômes de la ménopause peuvent être affectés par des choix alimentaires". 

Quels sont les symptômes de la ménopause ?

La ménopause qui correspond à la fin de la période reproductive chez les femmes, apparaît en moyenne vers 50 ans. Les ovaires ne sécrètent plus d’hormones sexuelles (œstrogènes et progestérone) et il n’y a donc ni ovulation, ni règles. On dit qu’une femme est ménopausée lorsqu’elle n’a pas eu de menstruation pendant douze mois consécutifs.

Si le premier signe de la ménopause est l’arrêt des règles, d’autres symptômes apparaissent comme : 

  • Les bouffées de chaleur : elles sont constatées chez la majorité des femmes et persistent plus de 5 ans chez une patiente ménopausée sur 2, et plus de 10 ans pour une sur 4.
  • La sécheresse vaginale.
  • Les sueurs nocturnes.
  • La fatigue.
  • Une irritabilité.
  • Des maux de têtes.
  • Des douleurs articulaires

De plus, l'arrêt de la production d'œstrogène et de progestérone augmente les risques de maladies cardiovasculaires, d’ostéoporose, de troubles urinaires et de perte musculaire. Par ailleurs, la peau est moins souple.

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.