Dans votre assiette : le potiron

La fête d'Halloween met cette semaine le potiron à l'honneur. Ce légume méconnu est une mine d'antioxydants bénéfiques pour le système cardiovasculaire.
Publicité

Nous revenant en boomerang 2.500 ans plus tard, puisque c'était une fête celte - gauloise, Halloween a récemment conquis le marché français. La citrouille en est un des éléments décoratifs. Mais c'est le moment de consommer du potiron qui apparaît juste alors sur les marchés et y restera tout l'hiver. C'est une plante qui appartient à la grande famille des cucurbitacées. Un potiron est rond, aplati aux deux pôles. L'écorce est très épaisse, souvent côtelée, verte, jaune ou orange. La pulpe est jaune ou orangée.Il en existe plusieurs variétés, dont une qui peut peser jusqu'à 100 kg ! Mais vous trouverez du potiron vert d'Espagne, du potiron rouge vif d'Etampes (très gros, à la chair épaisse), du potiron bronze de Montlhéry, du jaune gros de Paris, etc. Ces variétés sont cultivées surtout en Ile-de-France, dans les régions Provence-Alpes-Côte-d'Azur et Rhône-Alpes.

Publicité
Publicité

Histoire du potiron et usages

Le potiron était consommé 6.000 ou 7.000 ans avant notre ère en Amérique centrale. Les Indiens considéraient que sa fleur était sacrée et elle faisait l'objet d'un culte. Plus tard, les explorateurs le découvriront et le décriront comme un "énorme melon". Dès 1.550, il figure dans les livres de botanique, c'est alors qu'il est introduit en Europe. Les peintres de l'Ecole flamande s'en serviront beaucoup dans leurs natures mortes aux XVIe et XVIIe siècle.Pendant longtemps, les graines de potiron furent prescrites pour leurs effets laxatifs et purgatifs. Elles faisaient aussi partie des "quatre semences froides majeures" utilisées pour réprimer les ardeurs sexuelles. Leurs propriétés vermifuges furent établies au XVIIe siècle. On s'en servait aussi pour combattre les rhumes et les irritations du tube digestif.

Nutrition

Le potiron est riche en fibres (1,3g pour 100g) bien tolérées puisqu'elles sont toujours consommées cuites et broyées (on ne mange pas de potiron cru). Mais le principal intérêt de ce légume est sa richesse en carotènes antioxydants. Une portion de 200g suffit à couvrir les besoins journaliers. Potages, gratins de potiron sont donc excellents pour protéger le système cardiovasculaire. Pauvre en calories (20 pour 100g), il convient tout à fait pour ceux qui ont un problème de poids (à condition de ne pas mettre trop de beurre ni de crème ! ). Il renferme aussi des minéraux et des vitamines du groupe B.

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Mardi 29 Octobre 2002 : 01h00