Crudivorisme, raw food : peut-on manger cru, tout, et tout le temps ?

© Istock

Tout, tout, tout cru… rien de cuit, est-ce possible ?

Ça l’est depuis longtemps pour les adeptes du crudivorisme, aussi appelé « alimentation vivante » ou de l’instinctothérapie.

Et ça revient à la mode, via la « raw food », l’alimentation crue, brute !

PUB

L’instinctothérapie, c'est quoi ?

Elle a fait couler beaucoup d’encre dans les années 70/80 lorsque son inventeur, Guy-Claude Burger, proclamait qu’elle était souveraine pour guérir toutes sortes de maladies, cancers et sida compris.

Comme son nom l’indique, on se fie à son instinct. C’est-à-dire que, avant de manger un aliment, brut évidemment, on le renifle.

Si on sent - à l’odeur et à l’intuition - qu’il va être bon, on le porte à sa bouche, on mastique longtemps et on avale.

Aucune catégorie d’aliment n’est exclue dans l’instinctothérapie, sauf ceux qui sont « récents », c’est-à-dire datant d’après l’ère Néolithique : laitages et céréales. Tout doit être consommé cru, sans aucun apprêt et toujours séparément.

PUB
PUB

Ainsi, on est censé nourrir son corps exactement selon les besoins de son capital génétique, le même que celui de l’homme des cavernes et arriver à un parfait équilibre alimentaire qui vous protège de tout et vous guérit si vous êtes malade.

Cette pratique alimentaire est toujours diffusée sur le Net.

Le crudivorisme ou l’alimentation vivante, c'est quoi ?

Il s’agit de manger n’importe quel aliment sans le cuire afin qu’il reste vivant car la chaleur de la cuisson tue tout ce qu’il contient de bon : vitamines et surtout enzymes.

Ceux-ci sont le cheval de bataille de l’alimentation vivante.

Cette méthode d’alimentation n’est pas nouvelle : elle fut prônée, au début du 20ème siècle par le Dr. Bïrcher-Benner (l’inventeur du muesli) qui ouvrit, en Suisse, une clinique qui existe toujours.

Puis, dans les années 50 par Ann Wigmore et Viktoras Kulvinkas, fondateurs aux États-Unis de l’Institut de santé Hippocrate, la première ayant inventé une thérapie à base de jus d’herbes de blé qui l’aurait guérie d’un cancer.

Différents courants assez extrémistes existent dans le crudivorisme :

  • crudivores carnivores (qui mangent beaucoup de viandes (sauf le porc),
  • crudivores végétariens et crudi-végétaliens qui peuvent être granivores (se nourrissant principalement de graines germées),
  • ou frugivores.

L’alimentation vivante permettrait de rester toujours en bonne santé et de déborder en permanence d’énergie.

Publié le 14 Octobre 2013
Auteur(s) : Paule Neyrat, Diététicienne
Source : Howell Edward, «Enzyme Nutrition, the food enzyme concept”, Aver Publishing Group, 1985 Percival M.
Voir + de sources
Nutritional Perls, Vol 35.
Rachman Brad, «Unique features and application of non-animal derived enzymes», Clinical Nutrition Insights, 1997 Vol. 5 n° 10.
Koebnick C, Garcia AL, Dagnelie PC, Strassner C, Lindemans J, Katz N, Leitzmann C, Hoffmann I. 2. Long-term consumption of a raw food diet is associated with favorable serum LDL cholesterol and triglycerides but also with elevated plasma homocysteine and low serum HDL cholesterol in humans. J Nutr. 2005 Oct;135(10):2372-8.