Contrôler le diabète ou prendre du poids : faut-il choisir ?
Sommaire

Vigilance chez les jeunes femmes diabétiques de type 1

Prendre en charge des jeunes femmes diabétiques, c’est ne pas perdre de vue que leur silhouette et la prise de poids sont une préoccupation majeure pour elles. Au risque de faire passer le diabète au second plan. Pour cela, certaines d’entre elles -diabétiques de type 1- négligent leur traitement par insuline, ce qui les expose à des complications précoces au niveau des reins, des yeux et du système cardiovasculaire. Elles réduisent soit le nombre d’injections d’insuline, soit les doses, parfois à l’extrême.

Ce souci de la prise de poids prend de telles proportions qu’il peut engendrer de réels troubles du comportement alimentaire. Une approche psychiatrique s’impose alors (thérapies cognitivo-comportementales, groupes de paroles etc.).

En revanche, le poids semble une préoccupation moins aigüe chez les personnes diabétiques de type 2. Ce sont principalement des femmes nettement plus âgées, en surcharge pondérale ou obèses de longue date, qui ont plus ou moins appris à vivre avec, au sein d’un environnement familial où la surcharge pondérale est fréquente.

Concilier équilibre du diabète et gestion du poids, un challenge possible

La crainte de la prise de poids constitue l’une des principales réticences des personnes diabétiques lors du passage à l’insuline. Mais attention, cette crainte ne doit toutefois, pas retarder l’insulinothérapie qui est nécessaire chez un grand nombre de diabétiques de type 2 au cours de l’évolution de leur diabète. Cette crainte est d’ailleurs souvent levée après une explication patiente de la part du médecin.

Pr Bernard Bauduceau, Service d’endocrinologie, HIA Bégin (Saint-Mandé) : « Le renforcement des "mesures hygiéno-diététiques" constitue la seule solution efficace et pérenne pour lutter contre la prise de poids même si l’observance en est particulièrement difficile dans le temps. En effet, le suivi d’une alimentation variée, raisonnable et équilibrée est absolument indispensable mais est souvent difficile à obtenir chez certains diabétiques. Ces mesures diététiques ne doivent en aucun cas être trop restrictives pour pouvoir tenir sur la durée. Leur abandon inéluctable conduit habituellement à un rebond dans la prise de poids. Encourager les diabétiques à majorer leur activité physique constitue le second volet des mesures hygiéno-diététique. Dépenser plus pour moins grossir ne nécessite pas de s’inscrire au marathon. Une modification du mode de déplacement en favorisant la marche peut être adaptée aux possibilités de chacun. Comme pour l’alimentation, un compromis entre l’idéal et le possible doit être trouvé. »

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : * JAMA 2010 ; 303 : 1410-1418.
D’après un entretien avec le Pr Bernard Bauduceau, Service d’endocrinologie, HIA Bégin (Saint-Mandé).