Comment savoir si c’est un syndrome de l’intestin irritable ?
© Istock

Le syndrome de l’intestin irritable : un diagnostic d’exclusion

Face à un sujet jeune qui présente des douleurs abdominales et des troubles du transit, dont les symptômes chroniques évoluent depuis 4-5 mois, sans amaigrissement, sans émission anormale dans les selles et sans antécédent particulier inquiétant notamment de maladie inflammatoire, on porte le diagnostic de syndrome de l’intestin irritable. « Il s’agit donc d’un diagnostic d’exclusion, c’est-à-dire après élimination des autres maladies possibles », nous précise le Philippe Ducrotté.

Publicité
Publicité

Dans tous les autres cas, on procède à des explorations complémentaires : coloscopie avec biopsie colique, recherche d’anticorps spécifiques de la maladie cœliaque, gastroscopie avec biopsie intestinale, etc.

« Le problème avec le syndrome de l’intestin irritable est de porter rapidement le diagnostic en faisant les examens à bon escient. On procède trop souvent à des examens redondants inutiles ».

En pratique, des douleurs abdominales constantes avec diarrhées et constipations, doivent amener à consulter son médecin traitant : « suite à sa première impression, il décidera des éventuels examens complémentaires et d’en référer à un gastroentérologue si besoin ».

On retiendra que le syndrome de l’intestin irritablese diagnostique chez une personne jeune atteinte de douleurs abdominales qui durent, avec diarrhées ou constipations ou alternance des deux et qui ne présente pas d’autres signes d’alerte ni d’antécédents particuliers de maladie intestinale.

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Jeudi 22 Octobre 2015 : 11h15
Mis à jour le Lundi 15 Mai 2017 : 16h57
Source : En collaboration avec le Pr Philippe Ducrotté, gastroentérologue au CHU Rouen, membre de la Société française de gastroentérologie.