Comment distinguer le bon du mauvais régime ?

Il existe des dizaines de régimes différents. Certains sont farfelus, d'autres carrément dangereux pour la santé. Comment les repérer ? Quelles sont les caractéristiques qui doivent alerter ? Voici les principaux repères pour ne pas tomber dans le panneau.
PUB

Sachez déjouer les pièges des mauvais régimes

Les régimes sont toujours présentés sous leurs meilleurs côtés. Mais certains, même s'ils paraissent alléchants (moins 5 kg en deux semaines, sans frustration, avec sucre ou viande à volonté, etc.) peuvent se révéler dangereux pour la santé (déséquilibre nutritionnel, risque de yoyo car perte de poids trop rapide, etc.).

Il est donc essentiel de choisir le bon régime, celui qui est efficace sur le long terme, mais aussi celui qui vous convient le mieux en fonction de votre métabolisme, du nombre de kilos à perdre, de votre mode de vie, etc.

PUB
PUB

Première question à se poser pour distinguer les bons des mauvais régimes

Ce régime supprime-t-il une ou plusieurs catégories alimentaires ?

En supprimant complètement une ou des catégories alimentaires, on s'expose à des déséquilibres nutritionnels qui peuvent être très dangereux pour la santé. Ainsi, il faut écarter les régimes annonçant " sans sucre ", " sans graisses ", " sans protéines ", etc.

Un bon régime intègre toutes les catégories alimentaires, mais en judicieuses proportions. Ainsi, les fruits et les légumes sont à privilégier pour leurs apports en vitamines et en fibres. Viennent ensuite les céréales et les féculents, également pour leurs fibres mais aussi pour leurs protéines végétales. Puis les poissons, pour leurs protéines mais aussi pour leur teneur en oméga-3, des acides gras bénéfiques sur le plan cardiovasculaire. Et enfin, les viandes, poissons, oeufs et produits laitiers qui ont l'avantage d'apporter des protéines animales, mais l'inconvénient d'être riches en graisses.

Ainsi, concernant les matières grasses, celles d'origine animale sont clairement à limiter au maximum, au profit des huiles végétales.

Quant au sucre, il n'est pas à éliminer, il est nécessaire de conserver des apports mais raisonnables. Le sucre nature n'est pas mauvais en soi pour la santé. Ce qu'il faut surtout, c'est éviter de multiplier les produits sucrés qui cachent des graisses. C'est le cas des viennoiseries, des gâteaux, des biscuits, de certaines céréales, etc.

Publié le 15 Janvier 2007
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr