Travailleurs de nuit : n'oubliez pas les siestes !

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 29 Septembre 2008 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 14 Janvier 2016 : 17h57
-A +A
Le travail de nuit est délétère. Notre organisme n'est pas programmé pour veiller la nuit et dormir la journée. D'ailleurs, de nombreux risques pour la santé sont accrus chez les travailleurs de nuit. Quelques conseils pour mieux vivre le rythme décalé.

Les horaires décalés ne sont pas compatibles avec notre physiologie

Restauration, spectacle, sécurité, santé… près de 4 millions de Français travaillent de nuit ou en poste, soit 14 % de la population.

Physiologiquement, le travail de nuit est délétère.

C'est ainsi que les personnes qui exercent une profession nécessitant des horaires décalés ou des rotations de poste de travail présentent des risques pour leur santé plus importants que dans la population générale.

C'est le cas :

  • des risques d'accidents (multipliés par 2 à 5,5 chez les travailleurs de nuit),
  • des risques cardiovasculaires (X 1,5 à 2,8 chez l'homme),
  • de troubles endocriniens et de surpoids (X 2 à 3,5),
  • de cancers (celui du cancer du sein est multiplié par 1,1 à 1,6),
  • de fausses couches en cas de grossesse (X 1,6)
  • de prématurités (X 2 à 5,6).

Insomnie et autres troubles du sommeil chez les travailleurs de nuit

Mais le risque de troubles du sommeil est sans doute le plus fréquent.

La moitié des travailleurs de nuit se plaignent de problèmes de sommeil, contre un tiers de la population générale, et 25 à 30 % d'entre eux ont des insomnies, contre 15 à 20 % pour le reste de la population. Il faut dire qu'en moyenne un salarié qui travaille la nuit dort 1 à 2 heures de moins par jour qu'un salarié " de jour ".

La première conséquence directe est une dette de sommeil importante.

Cette réduction du temps de sommeil entraîne une fatigue chronique, des difficultés d'endormissement, des réveils multiples, des troubles digestifs, un défaut de la vigilance, un risque accru d'accident, une surconsommation de café, d'alcool, etc.

Mais ce n'est pas uniquement la durée du sommeil qui est néfaste, c'est également le rythme veille / éveil.

De plus, la période de 2 à 5 heures du matin est la meilleure pour le sommeil. Les travailleurs de nuit n'en bénéficient pas, ce qui contribue encore à accentuer leurs troubles.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 29 Septembre 2008 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 14 Janvier 2016 : 17h57
Source : Impact médecin, Dossier les pathologies liées au travail, 18 septembre 2008.
A lire aussi
Travail de nuit et horaires variables : quels risques ? Publié le 23/08/2005 - 00h00

Près de 20% de la population des pays industrialisés exerce une activité professionnelle postée les amenant à travailler de nuit ou à adopter des horaires de travail variables. Les troubles du sommeil constituent une première conséquence de taille.

Travail en horaires décalés : alimentation désorganisée Publié le 10/01/2006 - 00h00

Le travail posté désigne le travail en horaires décalés, dont fait partie le travail de nuit. Sur un même poste de travail, plusieurs équipes se relaient en rotations successives. Les conséquences pour la santé et le comportement social peuvent être importantes et souvent prévenues. Le...

Le travail posté est mauvais pour les artères… Publié le 01/08/2012 - 22h00

Le travail posté (travail de nuit, 3x8, horaires décalés) est peut-être associé à un gain de productivité industrielle, mais il n’est absolument pas bénéfique en termes de santé. Les résultats de cette analyse de la littérature scientifique publiée à ce jour, confirment que les...

A quoi sert le sommeil ? Publié le 28/10/2015 - 11h27

Le sommeil est une fonction biologique essentielle. Un sommeil à la fois suffisant et de qualité est crucial, et encore plus à l’adolescence, période de vulnérabilité propice aux désynchronisations de l’horloge interne et donc à risque de manque de sommeil chronique. Préserver son...

Plus d'articles