Surprésentéisme : travailler même malade...

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Lundi 30 Septembre 2013 : 08h32

Aller au travail même quand sa santé demanderait que l’on se repose : c’est le surprésentéisme.

Et prendre l’habitude de mettre son boulot avant son corps peut avoir des conséquences sérieuses...    

Surprésentéisme : une personne sur deux met son travail avant sa santé

De nombreux salariés déclarent faire du surprésentéisme, venant au moins deux fois dans l’année travailler tout en étant malades. A première vue, le surprésentéisme ne semble pas être un très gros problème. Après tout, qui n’a pas déjà ignoré une grippe naissante à cause d’une grosse commande qu’il fallait honorer ?

Mais quand il s'agit de travailler malgré des maux de dos permanents ou une dépression nerveuse que l'on camoufle tant bien que mal, ou quand le travail envahit tous les instants de la vie, week-ends et soirées compris, les conséquences à long terme peuvent être redoutables...

Malade, il vaut parfois mieux ne pas travailler

Au niveau de travail, on a tendance à penser que le surprésentéisme est “tout bénéfice”. Mais c’est loin d’être le cas !

  • La productivité baisse quand on est malade.

    Que l’on vienne travailler ou pas, la maladie est toujours là, donc on va travailler moins bien.

  • Les relations de travail sont moins bonnes.

    Les collègues vont subir la baisse de productivité, voire la mauvaise humeur... Sans forcément être au courant de la maladie.

  • La contagion peut multiplier le nombre d’employés malades.

  • Le surprésentéisme peut augmenter le nombre de jours d’absence.

    C’est un peu paradoxal en apparence. Mais il vaut mieux prendre quelques jours pour se reposer d’un rhume, par exemple, que devoir s’absenter toute une semaine parce qu’il aura dégénéré en infection des sinus...

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Lundi 30 Septembre 2013 : 08h32
Source : Denis Monneuse, auteur de "Le surprésentéisme, travailler malgré la maladie", éd. De Boeck.
A lire aussi
Harcèlement au travail : 1 salarié sur 6 en serait victime...Publié le 20/04/2012 - 08h44

En France, un salarié sur six rapporte être actuellement, dans le cadre de son travail, la cible de comportements hostiles, comportements méprisants, atteintes dégradantes ou non-reconnaissance du travail (1).En d’autres termes, un salarié sur six serait victime de harcèlement au...

Le travail à domicile, c’est bon pour la santé ?Publié le 28/10/2016 - 10h39

Le travail à domicile commence seulement à se démocratiser en France. On estime qu’entre 2% et 16% des salariés ont un contrat de télétravail, dans la majorité des cas à temps partiel. Quels sont les avantages du « Home office » et comment remédier aux inconvénients pour concilier...

Plus d'articles