Mal-être au travail : mettre des mots sur les maux

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 07 Juillet 2008 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 24 Avril 2014 : 14h04
-A +A
Stress, harcèlement, mal-être, pénibilités, violences… sont autant de nouvelles souffrances ayant envahi la sphère professionnelle. Face à l'émergence de ces nouveaux risques psychosociaux, les entreprises et leurs salariés sont démunis. Les pouvoirs publics se mobilisent, tandis que les médecins du travail proposent des explications et des anticipations. Pour y voir plus clair, voici une petite lecon de vocabulaire.

Lors d'un colloque organisé par le service de santé au travail interentreprises de Rouen (amSm), les intervenants ont recadré le vocabulaire usité pour désigner les différentes formes de souffrance susceptibles de se manifester sur le lieu de travail.

Qu'est-ce que le stress professionnel ?

Le stress au travail résulte d'un déséquilibre entre la tâche demandée et les ressources dont dispose la personne pour y répondre.

Ce stress induit habituellement : fatigue, troubles du sommeil, syndrome dépressif... A ces états s'ajoute un risque accru de maladies cardiovasculaires ou musculo-squelettiques.

En revanche, le stress professionnel n'est pas une affaire personnelle ni le fait de personnes fragiles. Personne n'est à l'abri, tous niveaux hiérarchiques confondus.

Nous pouvons tous souffrir de stress à un moment de notre vie professionnelle.

Faciles à identifier : les incivilités et les "violences externes"

Les violences externes sont des insultes, des menaces, des agressions physiques ou psychologiques exercées contre une personne sur son lieu de travail par des personnes étrangères à l'entreprise : public, clients, usagers.

Ces violences mettent en péril la santé, la sécurité et le bien-être du salarié. Elles peuvent générer des angoisses, des pertes de motivation, des appréhensions à se rendre sur le lieu de travail, des dépressions.

Les actes violents inopinés associés à un sentiment de mort imminente (hold-up par exemple) provoquent des symptômes immédiats de choc émotionnel (stupeur, prostration, cris, agressivité) souvent suivis de troubles anxiodépressifs, de phobies, d'insomnies, de cauchemars et parfois de stress post-traumatique (comportements agressifs, conduites addictives).

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 07 Juillet 2008 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 24 Avril 2014 : 14h04
Source : Colloque amSn ; Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail, juin 2008.
A lire aussi
Quand le travail rend fou Publié le 10/09/2007 - 00h00

Le travail c'est la santé ? Peut-être, mais le travail n'induit pas toujours une bonne santé psychique, bien au contraire. Une étude très récente vient de démontrer que « le stress au travail précipite la survenue de troubles psychiatriques chez des individus auparavant en bonne santé ».

Epuisement professionnel Publié le 06/09/2001 - 00h00

On emploie souvent les termes "épuisement professionnel" ou "burn-out" plutôt que ##14523/dépression/##, sans doute parce que moins de connotations négatives y sont associées.Pourtant, le burn-out est, par définition, un état de dépression. Cependant, il existe une distinction importante à...

Le stress, ami ou ennemi ? Publié le 04/02/2007 - 00h00

A petite dose, le stress est un allié. Mais à l'excès, il empoisonne, voire handicape la vie quotidienne. Pour lui barrer la route, il faut apprendre à se connaître, analyser ses propres réactions et développer des stratégies. Mais avant tout, que savez-vous exactement sur le stress ?

Travail de nuit et horaires variables : quels risques ? Publié le 23/08/2005 - 00h00

Près de 20% de la population des pays industrialisés exerce une activité professionnelle postée les amenant à travailler de nuit ou à adopter des horaires de travail variables. Les troubles du sommeil constituent une première conséquence de taille.

Plus d'articles