Soigner son hypertension pour préserver son cerveau...

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 02 Février 2009 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 10 Mars 2016 : 15h58
-A +A

Le rappel de cette association entre l'hypertension et le fonctionnement du cerveau a pour but d'inciter les hypertendus à suivre leur traitement correctement. En effet, soigner l'hypertension représente le premier traitement préventif de la maladie d'Alzheimer et des autres maladies neurodégénératives connues à ce jour...

Votre tension entre 40 et 60 ans conditionne l'état de votre cerveau à 70 ans et plus

L’hypertension artérielle est, avec le tabac et l’alcool, un des principaux facteurs diminuant le nombre d’années de vie en bonne santé. Ce fait mérite d'être mieux connu des quelque 12 millions de Français hypertendus qui doivent prendre tous les jours un médicament antihypertenseur. Sans compter qu’en plus, en France, 20% des hypertendus connus ne sont pas traités et que 50% des patients traités sont mal équilibrés sur le plan tensionnel. Le risque d’hypertension artérielle augmente avec l’âge.

Pourtant, si à court terme l’hypertension pose rarement des problèmes (les pics hypertensifs sévères avec maux de tête, vertiges, saignements de nez ne sont pas si fréquents) et passe donc souvent inaperçue, ce sont ses effets à long terme qui sont redoutés.

Autrement dit, soigner son hypertension maintenant est quelque de chose de très sérieux qui permet de réduire le risque d’apparition dans une dizaine d’années d'infarctus dumyocarde, d'accident vasculaire cérébral, d'insuffisance rénale et aussi de troubles de la mémoire et autres troubles cognitifs liés aux démences vasculaires. Par ailleurs, le lien entre hypertension et maladie d’Alzheimer est encore flou : si pour certains l’hypertension artérielle figure parmi les causes de cette pathologie, pour d’autres c’est encore très discutable. Dans le doute, mieux vaut être bien pris en charge.

Comment expliquer cette relation entre hypertension et fonctionnement du cerveau ?

L'hypertension, en exerçant une pression mécanique permanente, endommage la paroi de toutes les artères, y compris celles qui irriguent notre cerveau. Or lorsqu’une artère cérébrale est lésée, un accident vasculaire survient avec des conséquences qui peuvent être lourdes en termes de séquelles motrices et cognitives. Par ailleurs, une mauvaise irrigation du cerveau est susceptible de léser irrémédiablement les neurones. A la longue, de petites lésions apparaissent dans le cerveau, qui, progressivement, aboutissent à une perte de certaines fonctions cérébrales, comme la mémoire ou le raisonnement. De telles lésions sont à l'origine de la survenue de la démence vasculaire. C'est ainsi que l'hypertension à l'âge moyen de la vie est un paramètre fortement prédicateur d'une détérioration du fonctionnement de notre cerveau plus tard, d'où l'intérêt de traiter l'hypertension, de veiller à ce que la tension artérielle reste dans des valeurs normales.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 02 Février 2009 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 10 Mars 2016 : 15h58
Source : Campagne d'information et de prévention 2009 du Comité Français de Lutte contre l'Hypertension artérielle, " Je soigne mon hypertension pour préserver mon cerveau de demain ".
A lire aussi
Hypertension artérielle : repères et recommandations Publié le 10/05/2006 - 00h00

L'hypertension artérielle se définit classiquement par des chiffres de tension supérieurs ou égaux à 14/9. Diminuer ces chiffres permet de réduire les risques de complications cardiovasculaires, ainsi que le risque de démence. Le traitement repose systématiquement sur des règles d'hygiène...

Baisser sa tension artérielle, c'est bon pour le cerveau ! Publié le 29/12/2008 - 00h00

La proportion de Francais hypertendus est très élevée : 31% selon une nouvelle étude. Certains ne se savent pas hypertendus, d'autres se soignent mais souvent très mal. Le problème est qu'en excès, la pression artérielle peut même endommager les vaisseaux sanguins du cerveau et ainsi...

AIT : vivre après une attaque cérébrale Publié le 02/03/2009 - 00h00

L'accident ischémique transitoire (AIT), ou attaque cérébrale, est un mini-accident vasculaire cérébral (AVC). L'important, après ce type d'accident est de mettre en place des mesures préventives pour éviter la récidive et la survenue d'un véritable accident vasculaire cérébral, voire...

Plus d'articles