Vinaigre : bon ou pas pour la santé ?

Le vinaigre est parfois présenté comme un aliment santé, mais il n’est pas évident de faire le tri entre les mythes et les bienfaits prouvés.

Faisons le point avec e-santé…

PUB

Vinaigre : des atouts santé solides

Le vinaigre a des atouts santé bien réels, et prouvés scientifiquement.

Le principal, c’est une diminution de la glycémie, la quantité de sucre dans le sang. Consommer une petite quantité de vinaigre (10 grammes) avec un repas riche en sucres va limiter l’augmentation de la glycémie. Il semble que l’acide acétique soit la cause de cet effet bénéfique, parce que les vinaigres qui en contiennent plus ont un effet plus important. Les diabétiques qui font un repas très riche en féculents devraient donc manger une salade bien vinaigrée pour accompagner !

PUB
PUB

D’autres effets du vinaigre ont été étudiés : diminution de la tension artérielle ou inhibition de la croissance de tumeurs. Les résultats sont cependant moins convaincants.

Un effet préventif contre le cancer ?

Si les vertus les plus importantes du vinaigre sont liées à l’acide acétique, il n’est pas son seul atout. En effet, le vinaigre contient aussi des polyphénols, des antioxydants puissants susceptibles notamment de lutter contre les cancers. Cependant, les données sur l’effet réel de la consommation de vinaigre sur la prévention des cancers sont rares et contradictoires.

Le vinaigre n’a pas que des vertus…

Même s’il a beaucoup de bienfaits, le vinaigre peut aussi présenter des inconvénients.

Sulfites

Le premier, c’est qu’il est souvent riche en sulfites. Ces composés sont sans danger en eux-mêmes, mais ils sont allergisants.

Acidité

Par ailleurs, l’acidité du vinaigre peut entraîner des problèmes de digestion – il est en particulier déconseillé aux personnes qui souffrent de brûlures d’estomac. L’acide agresse aussi l’émail des dents. Il est donc conseillé, après avoir mangé des plats qui contiennent du vinaigre, de se laver les dents, ou au moins de se rincer la bouche à l’eau claire.

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Lundi 30 Septembre 2013 : 08h32
Source : Johnston, C.S., MedGenMed. 2006; 8(2): 61. Published online 2006 May 30. PMCID: PMC1785201.
La rédaction vous recommande sur Amazon :