Quels sont les régimes qui marchent
Publié le 07 Février 2019 à 9h02 par Nathalie Bednar, diététicienne-nutritionniste

Adopter les règles de bon sens

Un régime qui marche est avant tout un régime qui correspond à son rythme de vie, ses goûts alimentaires et ses besoins nutritionnels. Il doit être durable et répond davantage à une « révision » de l’équilibre alimentaire adapté à chacun en fonction d’éventuelles intolérances, etc. Au placard donc les régimes très restrictifs, les régimes mono diète, et place à du bon sens pour adapter constamment son alimentation en fonction de son âge, son état physiologique et ses activités physiques entre autres.

Eviter les aliments ultra-transformés

Contrairement aux aliments naturels peu transformés qui ont juste été séchés ou pasteurisés, etc. pour mieux les conserver sans ajout de substances, les aliments ultra-transformés sont des produits alimentaires et des boissons qui renferment de nombreux additifs alimentaires pour augmenter leur durée de vie et les rendre faciles à utiliser. Issus de l’industrie agroalimentaire, ce sont les snacks, barres chocolatées, céréales de petit-déjeuner, pizzas industrielles, nuggets industriels, chips, gâteaux et pains de mie et autres produits de boulangerie dans lesquels on a ajouté du gluten, des émulsifiants, des graisses végétales hydrogénées, etc.

Plusieurs études scientifiques ont montré que les personnes qui consomment le plus d’aliments ultra-transformés ont un risque plus élevé de surpoids, d’obésité et de diabète. Réduire leur consommation à un produit par jour maximum est un bon moyen de se préserver de telles maladies.

Diminuer les aliments à index glycémique (IG) élevé

Revenir à son poids idéal et y rester en surveillant la qualité des glucides ingérés c’est-à-dire leur index glycémique est le principe du régime IG. On privilégie ainsi les aliments à index glycémique bas c’est-à-dire des aliments qui ne font pas augmenter fortement le taux de sucre dans le sang, préjudiciable pour la santé et la ligne. En pratique, les glucides qui augmentent rapidement et de façon significative la glycémie ont un IG élevé (>70) tandis que les glucides lents qui modifient peu la glycémie ont un IG bas (<55).

La consommation de glucides à IG élevé génère une sécrétion d’insuline importante par le pancréas, ce qui favorise le stockage des graisses et donc une prise de poids. Il faut ainsi privilégier la consommation de glucides à IG bas à modéré, sans oublier la pratique d’activité physique qui permet une meilleure utilisation du sucre et stabilise le poids.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.