Prébiotiques et probiotiques, les amis de notre flore intestinale

On entend beaucoup parler des probiotiques, ces micro-organismes vivants qui colonisent notre intestin et composent la flore intestinale. Qu'en est-il des prébiotiques ? A quoi servent-ils ? Explications du Dr Catherine De Goursac*.
Publicité

A quoi sert la flore intestinale ?

Notre flore intestinale, appelée également microbiote, est composée de plus de 1.000 espèces différentes de micro-organismes (bactéries, levures...) et pèse entre 1,5 et 3 kg. Nous possédons plus de micro-organismes intestinaux (100.000 milliards) que de cellules dans notre organisme. Elle est spécifique à chaque individu et évolue au cours de la vie. Ainsi nous n'avons pas la même flore intestinale à 10, 20, 50 ans, elle se modifie avec le temps.

Elle est essentielle à notre organisme : elle crée un équilibre écologique. Elle permet la synthèse de nombreuses molécules comme des vitamines (vitamine K, folates, vitamine B12...) et améliore l'immunité.

La flore intestinale maintient l'intégrité de la paroi intestinale. Saviez-vous que les cellules de l'intestin se renouvellent toutes les 24 à 36 heures ? C'est pourquoi 50% des selles sont formées de cellules intestinales. En cas d'abrasion trop importante des cellules, la barrière intestinale est moins performante et les substances toxiques sont moins bien éliminées. On parle alors de syndrome de l'intestin perméable : les toxines non éliminées par l'intestin pénètrent dans l'organisme, ce qui stimule l'immunité et pourrait être à l'origine de certaines maladies dites auto-immunes ou d'une inflammation généralisée provoquant un mal-être.

Publicité
Publicité

Quelle est la différence entre probiotiques et prébiotiques ?

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants et bénéfiques à l'organisme, qui font partie de la flore intestinale. Il est parfois nécessaire de réensemencer des probiotiques (d'apporter des germes), par exemple lors d'un traitement antibiotique, après des diarrhées ou en cas de chimiothérapie, car ces situations détruisent l'équilibre écologique.

A titre d'exemple, on a remarqué chez des enfants une amélioration de l'eczéma après les avoir supplémentés en probiotiques, ces derniers ayant agi sur leur immunité.

Toutefois, il ne suffit pas d'apporter des probiotiques, encore faut-il leur fournir de l'énergie. C'est le rôle des prébiotiques : ils représentent une source sélective de nourriture pour les bactéries intestinales, et plus précisément pour les bonnes bactéries.

Les prébiotiques sont des sucres, comme la cellulose, le lactose, des galacto-oligosaccharides, et surtout l'inuline. Ils sont fermentables (digestibles) et résistants lors de leur passage dans l'estomac et l'intestin grêle, avant d'arriver dans le côlon, leur destination finale.

En ingérant des prébiotiques, on peut donc contrôler la population bactérienne, c'est-à-dire rééquilibrer la flore intestinale en favorisant la prolifération des bonnes bactéries au détriment des mauvaises bactéries.

En modifiant la flore intestinale à l'aide des prébiotiques, on prévient le syndrome de l'intestin perméable. On peut ainsi, par exemple, améliorer l'absorption de calcium et donc la densité osseuse ou diminuer le taux de triglycérides. Mais aussi abaisser le risque de cancer du côlon, de diabète ou traiter la constipation. Enfin, on diminue l'appétit car une flore intestinale efficace augmente la satiété.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Dimanche 27 Décembre 2009 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 22 Octobre 2015 : 12h26