Pourquoi le régime méditerranéen réduit le risque d'accident cardiaque

© Istock

Selon des chercheurs américains du Brigham and Women's Hospital, le régime méditerranéen, riche en aliments végétaux et en huile d'olive et pauvre en viandes et en sucreries permettrait de réduire de 25% le risque cardiovasculaire. Explications.

PUB

Comment réduire le risque d'avoir un problème cardiovasculaire ? Une nouvelle étude publiée dans le JAMA Network Open le 07 décembre 2018 réalisée par des chercheurs du Brigham and Women's hospital, de la Harvard Medical School et du Harvard T.H. Chan School of Public Health explique le rapport la consommation d'un régime méditerranéen et la baisse de fréquence des troubles cardiovasculaires.

Un panel de 40 biomarqueurs sur 12 ans

Cette étude offre des informations sur un groupe de plus de 25 000 femmes américaines ayant déclaré consommer ou non un régime alimentaire de type méditerranéen.Les chercheurs ont constaté une réduction de 25% du risque de maladie cardiovasculaires chez les participantes à l'étude ayant une alimentation riche en aliments d'origine végétale et en huile d'olive et pauvre en viande et en aliments sucrés.

L'équipe a donc cherché à comprendre pourquoi et comment un régime méditerranéen pouvait atténuer les risques de maladies cardiaques et d'accidents vasculaires cérébraux (AVC) en examinant un panel de 40 biomarqueurs associés aux maladies du coeur.

PUB
PUB

En médecine, un biomarqueur est une substance utilisée comme un indicateur d'un état biologique, en mesure d'être objectivement mesuré et évalué comme un indicateur d'un processus biologique normale, ou pathogène, ou de la réponse au traitement. Par exemple, à l'heure actuelle, le glucose est le biomarqueur du diabète.

Les participantes ont rempli des questionnaires sur leur consommation alimentaire, fourni des échantillons de sang pour mesurer les biomarqueurs et ont été suivies pendant 12 ans. Les principaux résultats analysés dans l'étude étaient les incidents de la maladie cardiovasculaire : les événements de crise cardiaque, d'attaque cérébrale, et de mort cardiovasculaire.

L'équipe a classé les participants à l'étude comme ayant un régime alimentaire méditerranéen faible, moyen ou élevé . Ils ont constaté que 428 (4,2%) des femmes du premier groupe avaient eu un événement cardiovasculaire contre 356 (3,8%) du groupe moyen et 246 (3,8%) du groupe qui avait un régime méditerranéen élevé, ce qui représentait une réduction du risque relatif de 23% voir plus.

Côté biomarqueurs, l'équipe a constaté des changements dans les signaux d'inflammation (représentant 29% de la réduction du risque de maladie cardiovasculaire), le métabolisme du glucose et la résistance à l'insuline (27,9%).

"Notre étude contient un message fort de santé publique"

"Notre étude véhicule un message de santé publique fort selon lequel des changements modestes dans les facteurs de risque de maladies cardiovasculaires connus, en particulier ceux liés à l'inflammation, au métabolisme du glucose et à la résistance à l'insuline, contribuent à l'avantage à long terme d'un régime méditerranéen sur le risque de maladies cardiovasculaires" a déclaré Shafqat Ahmad, chercheur au Brigam et à la Harvard Chan School au site ScienceDaily. Cette compréhension pourrait avoir d'importantes conséquences pour la prévention des maladies cardiovasculaires.

Qu'est ce que le régime méditerranéen ?

Le régime méditerranéen fait référence aux habitudes alimentaires des habitants des régions oléicoles du bassin méditerranéen qui prévalaient jusque vers la fin des années 1960. Ce mode d'alimentation se caractérise par un fort apport en produits végétaux (légumes, fruits, noix, légumineuses et produits céréaliers), une faible consommation de viande et de produits laitiers et une consommation modérée de poisson.

La spécialité de ce mode de nutrition est l'utilisation abondante d'huile d'olive, qui donne un apport en acides gras monoinsaturés. Considérés comme de "bons gras", les lipides monoinsaturés (aussi appelés oméga-9) ont des effets bénéfiques sur la fonction cardiovasculaire. Les noix, les arachides et l'avocat renferment également une source importante d'acides gras monoinsaturés.

PUB
PUB

Contenus sponsorisés