On coupe dans le sucre, on sucre le gras... et le sel !
Sommaire

L'initiative Repère

'En 2008, Marque Repère s'est lancée dans un vaste programme : améliorer la qualité nutritionnelle de ses 3 500 produits, diminuer la teneur en sucre, en gras et en sel. Un travail prévu sur trois ans qui demande des validations en interne, un dialogue avec les fournisseurs, des tests sensoriels. Il ne s'agit pas de remplacer le sucre par du gras et le produit doit rester acceptable et donner du plaisir au consommateur. Compte tenu des sérieux problèmes d'obésité infantile, la priorité a été mise sur les produits qui leur sont destinés', explique Josée Coutier, nutritionniste. La baisse concerne donc les brioches (Brin de Jour), les céréales (-15 %), les produits laitiers et notamment les yaourts à boire Delisse (-10 %), les boissons sucrées au thé, très appréciées des enfants. 'Elles sont particulièrement à surveiller car elles ne répondent pas aux mêmes signaux de satiété qu'un aliment. Avec elles, on peut ingérer un grand nombre de calories.' Leur teneur en sucre a été réduite de 15 à 20 %. Les compotes devraient être, elles aussi revues à la baisse côté sucre. Certains produits ont fait l'objet d'une réduction de sucre, mais l'emballage ne l'indique pas encore pour la bonne raison que, dans un souci environnemental, il faut écouler les stocks d'emballage. De nombreux produits sucrés devraient être révisés en cours 2009, mais les plats cuisinés font aussi partie de la liste des priorités.

L'étiquetage

L'étiquetage nutritionnel n'est pas aujourd'hui obligatoire, mais un certain nombre d'entreprises le font dont Leclerc et Marque Repère depuis 2005, Carrefour avec Grand Jury et de nombreux produits en marque propre, Intermarché également avec le Nutripass et ses cadrans nutritionnels. Cette forme d'étiquetage permet d'un coup d'œil d'évaluer la proportion de sucre, de sel, de lipides qu'apporte le produit en regard des apports journaliers recommandés pour une alimentation équilibrée. Sucre, MG, sel, la revue à la baisse a ses limites. Il ne faut pas que le consommateur ait à rajouter du sucre ou du sel… 'On peut intervenir sur la taille des portions, surtout pour la confiserie, précise Brigitte Laurent-Langevin, mais attention, elles ne doivent pas non plus être trop petites, ce qui inciterait le consommateur à en prendre plusieurs !'

Le 31 janvier 2008, une proposition de règlement concernant l'information du consommateur sur les denrées alimentaires a été publiée par la Commission européenne. Cette proposition impose notamment un étiquetage nutritionnel obligatoire de six éléments (énergie, lipides, acides gras saturés, glucides, sucres et sel) sur la face principale de l'étiquetage. Ce texte doit être étudié par le Conseil et le Parlement européen. Il pourrait être adopté fin 2009.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Côté Santé, mars 2009.