Manger un yaourt par jour aiderait à réduire les risques de cancer du sein

Selon des scientifiques britanniques, certains cancers du sein pourraient être la conséquence d’une inflammation provoquée par des bactéries nocives. Et, le remède préventif contre ces dernières serait tout simplement : manger quotidiennement un yaourt nature !
© Istock

Ecouter l'article :

Une équipe de scientifiques de l’université de médecine de Lancaster et de l’University Hospitals of Morecambe Bay NHS Trust affirme que les inflammations au sein induites par certaines bactéries sont liées au cancer. Selon eux, manger un yaourt par jour permettrait de diminuer les risques de développer une tumeur au sein. Si leur hypothèse n’a pas encore été prouvée, ils appuient leur recherche sur d’autres études.

Une hypothèse émise après des études sur l’allaitement

Le Dr Rachael Rigby qui a travaillé sur cette étude publiée dans la revue Medical Hypotheses, explique "Nous savons maintenant que le lait maternel n'est pas stérile et que la lactation altère la microflore du sein". Elle poursuit "Les bactéries qui fermentent le lactose sont communément trouvées dans le lait et sont susceptibles d'occuper les canaux galactophores des femmes pendant la lactation ainsi qu'une période inconnue après la lactation."

Les chercheurs avancent que ces bactéries sont protectrices, car il a déjà été mis en avant que chaque année d'allaitement réduit le risque de cancer du sein de 4,3%

Manger un yaourt un geste anti-cancer du sein 

Le yaourt est un aliment à base de lait fermenté. Il se forme grâce au développement de bactéries lactiques thermophiles, appelées Lactobacillus delbrueckii subsp. bulgaricus et Streptococcus thermophilus.

Plusieurs études ont déjà mis en avant que consommer cet aliment était associé à une réduction des risques du cancer du sein. Les scientifiques britanniques font le lien entre les différents travaux et avancent que les bactéries responsables de fermentation du produit laitier - similaires à celles présentes chez les femmes allaitantes - prennent tout simplement la place des bactéries nocives. Ces germes “bons pour le corps” permettraient ainsi d’éviter le déclenchement de l'inflammation dont certains cancers du sein peuvent découler. 


Image d'une Lactobacillus delbrueckii subsp. bulgaricus

Image d'une Lactobacillus delbrueckii subsp. bulgaricus© Creative CommonsCrédit : travail de Bob Blaylock mis sous licence Creative Common 3.0 - https://commons.wikimedia.org/wiki/File:20101210_014809_LactobacillusBulgaricus.jpg

L’inflammation à l’origine des cancers ?

Le corps humain abrite environ 10 milliards de cellules bactériennes. Bien que la plupart soient inoffensives, certaines bactéries créent des toxines qui déclenchent une inflammation.

Cette inflammation chronique détruit les germes nocifs, mais elle endommage également l’organisme. L'une des plus courantes est une maladie des gencives : la parodontite. Or, cette pathologie a déjà été liée au cancer de la bouche, de l'œsophage, du côlon, du pancréas, de la prostate et du sein.

Les chercheurs expliquent que "Les cellules-souches qui se divisent pour reconstituer la muqueuse des canaux mammaires sont influencées par la microflore. Et, il a été découvert que certains de ces composants observés dans d'autres organes - tels que le côlon et l'estomac - augmentaient le risque de développer un cancer". Ils concluent alors "Par conséquent, un scénario similaire est susceptible de se produire dans le sein. La microflore résidente impacte la division des cellules-souches et par conséquent le risque de cancer".

L’équipe britannique assure ainsi "Il existe un potentiel remède préventif simple et peu coûteux (contre le cancer du sein). Il consiste à ce que les femmes consomment un yaourt nature quotidiennement".

Comment reconnaître un cancer du sein ?

Le cancer du sein représente plus d’un tiers des nouveaux cas diagnostiqués chaque année. Cette maladie est causée par un dérèglement de certaines cellules du sein qui se mettent à se multiplier et former une masse.

Plus la tumeur est repérée tôt, plus les chances de survie sont élevées. Il est donc important de connaître les signes d’alerte : 

  • la présence d’une boule dans le sein ;
  • l'apparition d’un creux à la surface d’un sein ;
  • des douleurs dans le sein ;
  • un écoulement par le mamelon ;
  • de petites plaies ;
  • une texture de peau d'orange ;
  • l'enfoncement du téton ;
  • un changement de taille ou de forme du sein.

Si vous repérez un ou plusieurs de ces signes en observant ou palpant votre poitrine, vous devez consulter un médecin.


Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.