Allaitement : avantages et inconvénients, parlons vrai !

L'allaitement est conseillé par tous les pédiatres, à l'unanimité.

Pourtant en Belgique, seules 67% des mères allaitent à la naissance, et la proportion diminue très rapidement quand l'enfant grandit.

En effet, et contrairement à ce que beaucoup répètent, allaitern'a rien d'évident.

Publicité

Pourquoi les pédiatres conseillent-ils l'allaitement maternel ?

L'allaitement maternel présente des bénéfices immédiats pour le bébé :

Publicité
Publicité
  • Le lait maternel correspond parfaitement aux besoins de l'enfant. Sa composition change selon l'âge du bébé, et même selon les moments de la tétée, pour assurer une nutrition tout à fait adaptée.

  • En outre, le lait maternel contient des anticorps qui vont protéger le nouveau-né jusqu'à ce qu'il développe son propre système immunitaire.

  • Enfin, un bébé nourri au sein absorbe avec le lait une certaine quantité de probiotiques – les bactéries qui se trouvent dans le lait et sur la peau de la mère. Elles vont ensuite coloniser l'intestin du nouveau-né pour former la très importante flore intestinale.

L'allaitement maternel protège également la mère contre le cancer du sein. Il a aussi l'avantage évident, quoique moins souvent cité, d'être complètement gratuit ! L'allaitement aide également à la perte de poids après l'accouchement.

Les avantages à long terme sont moins bien prouvés. Les études existantes montrent cependant un certain nombre de bénéfices durables del'allaitement maternel, en particulier une diminution du risque de surpoids ou d'obésité, de diabète, d'hypertension et d'excès de cholestérol.

Pourquoi les femmes n'allaitent-elles pas plus, ou plus longtemps?

Les bénéfices de l'allaitement sont donc évidents, scientifiquement solides et très médiatisés en ce moment. Alors où est le hic ?

Pourquoi toutes les femmes n'allaitent-elles pas plus longtemps ?

Comme le dit le Dr Liliane Gilbert, pédiatre à l'Office de la Naissance et de l'Enfance "tout ce qui est naturel n'est pas simple".

Nourrir au sein, cela s'apprend, et ça ne va pas toujours sans des difficultés passagères :

  • Douleurs au sein à cause de crevasses.

  • Fatigue de la mère, qui doit allaiter dans les premières semaines toutes les deux heures ou plus souvent.

  • Prise de poids trop lente de la part du nourrisson.

  • Etc.

Par ailleurs, pour que les bébés soient allaités aussi longtemps que le conseille l'OMS (c'est-à-dire six mois au moins), il faut encore que la mère puisse concilier l'allaitement avec une vie professionnelle, qui reprend en général 15 semaines après la naissance.

A tout cela s'ajoutent des facteurs psychologiques qui sont parfois très lourds à porter :

  • comparaison avec d'autres mères,
  • conseils souvent contradictoires de l'entourage,
  • sentiment de culpabilité quand tout ne se passe pas bien,
  • etc.

Pour les pédiatres, la qualité du soutien que recevra la mère est cruciale pour un allaitement durable.

 
Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Jeudi 24 Mai 2012 : 10h16
Mis à jour le Vendredi 20 Septembre 2013 : 12h10
Source : Dr Liliane Gilbert, pédiatre à l'Office de la Naissance et de l'Enfance.
OMS: "Faits et chiffres sur l'allaitement" (http://www.who.int/features/factfiles/breastfeeding/facts/fr/index.html).