Le nombre de cas de syphilis chez les nouveau-nés explose

Les professionnels tirent la sonnette d’alarme. Le nombre de cas de syphilis chez les nouveaux-nés a explosé aux USA. Un rapport des autorités américaines révèle que le taux de bébés atteints de cette infection sexuellement transmissible a plus que doublé en 6 ans.
© Istock

Le nombre de cas de syphilis congénitale - c’est-à-dire lors la mère transmet la maladie à l’enfant pendant la grossesse ou l’accouchement a plus que doublé aux USA depuis 2013 selon un récent rapport du centre américain pour les contrôles et la prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention - CDC).

8 femmes enceintes sur 10 ayant une syphilis non traitée la transmettront au fœtus à travers le placenta. Et cette infection sexuellement transmissible (IST) est dangereuse pour les tout-petits. 40% des grossesses des malades se concluent par une fausse-couche ou la mort du nouveau-né.

Par ailleurs, une femme sur trois ayant donné naissance à un bébé atteint de syphilis en 2016 avait été soumise à un dépistage pendant la grossesse. La maladie a ainsi été contractée après ce test, ou alors n’a pas été traitée à temps pour soigner l'infection du nourrisson à naître.

Syphilis des bébés : 5 états américains représentent 70% des cas

Le CDC précise que 70% des cas sont rapportés dans 5 états américains : l’Arizona, la Californie, la Floride, la Louisiane et le Texas. Les autres petits malades sont nés dans 32 états. Ils étaient principalement situés à l’ouest et au sud des États-Unis.

Dans son étude, l’organisation précise que l'augmentation globale des cas de syphilis congénitale est supérieure à la hausse nationale du nombre de maladies sexuellement transmissibles.

Toutefois, les chiffres sont également inquiétants chez les adultes. Les diagnostics de syphilis primaires et secondaires, les stades les plus infectieux de la maladie, ont grimpé de 76% aux USA entre 2013 et 2017. Et le nombre de malades a progressé aussi bien chez les hommes (88% des cas) que les femmes. En effet, parmi la gent féminine, on dénombre 2,3 cas pour 100 000 personnes en 2017 contre seulement 1,9 cas diagnostiqué pour 100 000 femmes en 2016.

Le Dr Pablo J. Sanchez, chercheur au Centre pour la recherche périnatale de l'Institut de recherche de l'Hôpital national pour enfants, a confirmé à CNN "Je ne suis pas surpris que la syphilis congénitale ait augmenté car nous observons de plus en plus de cas de syphilis chez les femmes. Ce n'est donc pas surprenant mais c'est une préoccupation majeure. "

Une recrudescence de syphilis en France

La syphilis ne se limite pas au Pays de l’oncle Sam. Elle gagne du terrain aussi en Europe. Dans un récent rapport, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies a révélé qu’une hausse des cas était enregistrée pour la première fois depuis le début des années 2000. En 2017, 33 000 personnes avaient contracté cette IST en UE, soit une hausse moyenne de 70%.

La même année, le nombre de malades a triplé en France pour atteindre 1.748 cas.

L’Islande a vu son taux multiplié par huit entre 2010 et 2017. L’Irlande, le Royaume-Uni et l’Allemagne enregistrent respectivement une augmentation de 224%, 153% et 144%.

Syphilis : qu’est-ce que c’est ?

La syphilis est provoquée par une bactérie appelée le tréponème pâle. Elle se transmet principalement entre adultes pendant des rapports sexuels. Toutefois, une contamination entre la mère et le fœtus est également possible.

L’IST provoque des lésions cutanées et des muqueuses (ulcérations non-douloureuses sur le pénis, le vagin ou l’anus). Il est possible d’avoir la maladie sans le savoir.

L'évolution de la syphilis se caractérise par une succession de 3 stades : primaire, secondaire et tertiaire. Les deux premières phases sont séparées par des périodes de latence pendant lesquels les lésions disparaissent.

En l'absence de traitement, elle peut entraîner des complications graves au niveau du cœur et du cerveau.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.