Flatulences : 10 aliments à éviter pour les réduire

Qu’on les appelle flatulences ou plus communément pets, les gaz intestinaux sont gênants... aussi bien pour notre bien-être digestif que notre vie sociale. Une des principales causes de ces émissions (souvent malodorantes et/ou bruyantes) est l’alimentation. Certains aliments sont à limiter pour éviter les ballonnements.
Flatulences : 10 aliments a eviter pour les reduire

Avoir des flatulences est tout à fait normal. Tout à chacun, nous "petons" en moyenne entre 12 et 25 fois par jour. Toutefois, cette fréquence peut parfois être plus importante… et le responsable est souvent le contenu de notre assiette. En effet, certains aliments provoquent une production plus importante de gaz lors de la digestion. Découvrez dans notre diaporama ceux à limiter pour réduire l’inconfort intestinal et les ballonnements.

Gaz intestinaux : quelles sont les causes ?

Le microbiote est le premier responsable de la production des gaz intestinaux. L’ensemble des microorganismes qui le compose (bactéries, virus, champignons non pathogènes…), participe à la dégradation des aliments ingérés. Pendant ce processus, certaines de ces bactéries inoffensives libèrent des gaz (méthane, azote, hydrogène, gaz sulfurés…). Comme nous l'avons vu précédemment, la quantité varie selon la nourriture absorbée. Les gaz produits sont ensuite évacués (plus ou moins bruyamment) par l’anus. Toutefois d’autres phénomènes peuvent également favoriser les flatulences. 

Les personnes qui mangent vite, fument, boivent des boissons avec une paille ou mâchent régulièrement des chewing-gums sont souvent plus sujettes aux gaz, car leurs habitudes les conduisent à avaler de l’air.

Les émissions plus fréquentes de pets peuvent aussi avoir pour origine les médicaments comme les laxatifs (contiennent du son). De plus, les flatulences peuvent être un symptôme de plusieurs troubles : 

Si malgré une modification de l’hygiène de vie et des habitudes alimentaires, les ballonnements persistent, il est conseillé de consulter un médecin. D’autant plus, si les gaz intestinaux sont accompagnés d’autres signes comme des douleurs, des troubles digestifs (constipation et/ou de diarrhée, nausées), une perte d’appétit ou de poids.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :