Honte d'aller aux WC : les 5 lieux qui bloquent les Français

Aller à la selle est naturel, princesse ou pas, nous y allons tous… Et pourtant l’anxiété liée à l’usage des wc est bien réelle. Près de 7 Français sur 10 reconnaissent être gênés à l'idée de faire la grosse commission dans une situation de non-intimité. Et pourtant la parcoprésie, aussi surnommé le poop-shaming, peut avoir des conséquences sur la santé.
Honte d-aller aux WC : les 5 lieux qui bloquent les Francais

Aller à la selle dans des zones publiques ou fréquentées peut être très angoissant pour certains. Le sondage réalisé par l'Ifop pour Diogène France révèle que 76% des femmes ont déjà ressenti de la gêne à l'idée de déféquer dans des situations de non-intimité. Les hommes ne sont pas non plus très à l’aise (62%). On vous liste dans notre diaporama les lieux d’aisance les plus effrayants pour les Français.

Honte d’aller aux toilettes, un mal fréquent

La parcoprésie est la gêne, voire parfois la honte, d’aller dans des toilettes qui ne sont pas les siennes. Et cette peur - bien plus fréquente qu’on le pense au vu des résultats de l’étude ifop/Diogène - influence leurs usages. Par peur de la saleté des WC publics, près de deux tiers des femmes (62%, contre à peine 28 % des hommes) ont reconnu adopter une position d'équilibre afin que leur peau ne touche pas la lunette des toilettes. Par ailleurs, 36% des Français font le choix d’installer une couche de papier WC sur la lunette (26% des femmes, 47% des hommes). Pour éviter de devoir faire face à ces lieux d’aisance qui les effraient, de nombreux sondés ont révélé se retenir jusqu’à leur retour à leur domicile. Or s’empêcher d’aller aux toilettes n’est pas  sans conséquences pour la santé intestinale.

Rétention fécale : les troubles intestinaux les plus fréquents

La rétention des selles peut provoquer plusieurs troubles fonctionnels. Compte tenu de leurs craintes entourant les wc, les femmes sont plus affectées.

Elles affichent en effet des taux de constipation (41%, contre 18% des hommes) ou de troubles de la digestion (38%, contre 22% des hommes) deux fois plus importants que les hommes. De même, elles semblent plus exposées que la gent masculine aux crises de diarrhée, ou aux défécations douloureuses (22%, contre 11 % des hommes). En revanche, l’écart entre les deux sexes est moindre sur les pathologies digestives et intestinales lourdes comme les problèmes d'irritation du côlon, les fuites de matières fécales ou les maladies inflammatoires de l'intestin.

Découvrez la coque de masque qui vous aide à mieux respirer sous votre masque !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Enquête Ifop 2021 sur le "poop shaming" pour Diogène France 
https://diogene-france.fr/presse/le-poopshaming-une-gene-au-feminin