Des compléments alimentaires oui, mais en pharmacie

Prendre des compléments alimentaires pour combler une carence, être en forme, améliorer son transit intestinal, etc., c'est bien. Mais attention à ne pas faire n'importe quoi. Pour éviter erreurs et déceptions, demandez conseil à votre pharmacien.
Publicité

Les compléments alimentaires, on en parle beaucoup et on en prend de plus en plus. En France, les ventes augmentent en effet de 10 % par an. On peut s'étonner d'un tel engouement. En réalité, il s'explique très bien par les changements de notre mode de vie depuis une cinquantaine d'années : une alimentation de moins en moins naturelle et de plus en plus déséquilibrée, c'est-à-dire à la fois trop riche (en graisses et en sucres) et carencée (en vitamines, oligo-éléments), une vie stressante, largement sédentaire

Corriger carences et déséquilibres

La prise de compléments alimentaires adaptés permet de corriger les manques ou les déséquilibres, de vivre mieux, plus sainement, et même d'éviter certaines maladies. Leur intérêt ne fait plus de doute aujourd'hui. Les études montrant leurs effets bénéfiques sur la santé sont légion, y compris pour prévenir le cancer. En 2003, la fameuse étude SUVIMAX, menée sur plus de 13.000 Français, a ainsi conclu que les hommes ayant pris pendant 8 ans une pilule de vitamines et de minéraux à petites doses (vitamines C et E, bêta carotène, zinc, sélénium) avaient eu un tiers de cancers en moins et une mortalité réduite de 37 %.

Publicité
Publicité

Comprimés, gélules, ampoules...

Mais qu'entend-on au juste par « compléments » ou « suppléments alimentaires » ? Depuis 2002, un cadre réglementaire européen en donne une définition assez précise. Ce sont des produits ayant pour but de compléter l'alimentation et de corriger ou de restaurer des fonctions de l'organisme, constitués, sous une forme concentrée, de nutriments (sels minéraux, vitamines) ou d'autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique (plantes, huiles de poisson). Ils se prennent par voie orale et sont commercialisés en comprimés, gélules, capsules, ampoules ou sachets.Les « compléments alimentaires » sont plutôt destinés à lutter contre des carences chez ceux dont les besoins nutritionnels sont particuliers : nourrissons, femmes enceintes, personnes âgées Et les suppléments alimentaires sont généralement utilisés par les sportifs, pour compenser les effets du stress, ralentir le vieillissement et prévenir les maladies dégénératives ou compenser les effets de l'exposition aux toxiques (tabac, pollution). Mais la différence est subtile.

Publié par Bernard Braun, Pharmacien le Lundi 28 Mai 2007 : 02h00
Source : Bien-être et santé, juin 2007.