Comment manger de bons fruits et légumes toute l’année ?

© Fotolia

Il est indispensable, pour protéger sa santé, de manger des légumes et des fruits à chaque repas. Oui mais… ceux-ci contiennent encore trop de résidus chimiques nocifs pour la santé. Il y a les bios, bien sûr, mais souvent trop chers. La bonne solution : les acheter dans une AMAP.

Publicité

Une AMAP, c’est quoi ?

C’est une Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne. C’est-à-dire l’association de consommateurs et de producteurs. Ce qui veut dire un circuit court, directement du producteur au consommateur. Et ce sous forme de paniers chargés de fruits et de légumes, de saison évidemment, que les consommateurs vont chercher dans un lieu précis chaque semaine où le (ou les) producteurs viennent de les livrer.

Les consommateurs s’engagent à préfinancer leurs achats sur toute une saison, en étalant éventuellement leurs règlements.

Publicité
Publicité

Les producteurs ont ainsi la sécurité de vendre tous leurs fruits et légumes. Ils s’engagent à fournir des fruits et des légumes frais, garantis sans pesticides, ni engrais chimiques, ni OGM. Tout cela est fixé par contrat.

D’où viennent les AMAP ?

C’est au Japon, dans les années 60, qu’est né ce concept grâce à des mères de famille qui ne voulaient pas nourrir leur famille avec des fruits et des légumes pollués. Elles ont demandé à des agriculteurs de cultiver pour elles des produits bios, créant ainsi les « Teikei » qui se traduit pas la formule « mettre le visage du paysan sur les aliments » ! Maintenant, une famille se quatre se fournit dans un Teikei.

Le principe s’est répandu ensuite en Europe, au Canada et aux États-Unis.

En France, la première AMAP a vu le jour dans le Var en 2001. Il y en a maintenant plus de 1000 en France. En dix ans, les choses se sont bien organisées, structurées. Des réseaux d’AMAP existent dans chaque région. Un site http://www.reseau-amap.org/ rassemble toutes les informations. Une charte régit le fonctionnement de toutes les AMAP.

Et ça marche tellement bien que dans de certaines régions, il y a une file d’attente (de consommateurs) pour intégrer une AMAP.

 
Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Mardi 24 Août 2010 : 12h04
Mis à jour le Mercredi 08 Septembre 2010 : 14h10