Alimentation : Soyez écofood !

Publié le 10 Novembre 2008 à 1h00 par Patricia Riveccio, journaliste santé
Notre santé dépend de la qualité de nos aliments, mais celle-ci résulte de la qualité des sols, de la pureté de l'eau, du naturel des techniques d'élevage des viandes et des poissons que nous mettons dans notre assiette…

Ne pas prêter attention à ce que l'on mange, c'est jouer avec deux équilibres fragiles, celui de notre organisme et celui de la planète. "À budget constant, nous dépensons de moins en moins pour nous nourrir. Entre 1960 et aujourd'hui, la part du budget d'une famille consacré à l'alimentation et passée de 25 à 14 %", constate Alexis Botaya*. Une alimentation naturelle et équilibrée est accessible à tous. Il vous suffit de bien faire vos courses. "La cuisine n'est pas une question de moyens, mais relève de la culture", expliquait le philosophe Michel Onfray, à l'ouverture de la première Université populaire du goût, en octobre 2006.

Agir avec une fourchette !

La biodiversité est une assurance tous risques pour l'homme et la planète. En effet, un régime bon pour notre santé et la biodiversité apportent non seulement tout ce dont on a besoin pour être en forme mais également de quoi satisfaire notre palais, l'est aussi pour celle de la planète. De nombreuses études scientifiques estiment que l'on peut économiser jusqu'à 30 % de l'énergie utilisée directement ou indirectement dans la production de nos aliments simplement en adaptant nos habitudes aux recommandations pour une alimentation saine.

Manger moins de viande

Pour lutter contre la pollution et l'effet de serre qu'induit l'élevage intensif. On estime qu'un élevage intensif de porcs standard produit la même quantité de déchets qu'une ville de 12 000 habitants Et les trois quarts des terres arables servent à cultiver du fourrage pour le bétail. Les scientifiques estiment que l'ensemble du cheptel mondial consomme une quantité de nourriture équivalente aux calories nécessaires pour subvenir aux besoins de 8,7 milliards de personnes, soit plus que la population mondiale Si chaque Européen diminuait sa consommation de viande d'un peu moins de 10 %, l'économie en céréales permettrait de nourrir des millions de personnes qui meurent de faim.

Source : Côté santé, octobre 2008.