Le cola est très mauvais pour les reins

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 23 Juillet 2007 : 02h00
Mis à jour le Lundi 10 Octobre 2016 : 18h38
Deux verres de coca par jour, c'est deux fois plus de risques d'insuffisance rénale ! Eh oui, les dangers de cette boisson ne se cantonnent pas à sa teneur élevée en sucre, mais aussi à la quantité d'acide phosphorique qu'elle apporte…
PUB

Le cola mis en cause plusieurs fois

Le cola et le sucre...

Le cola reste très plébiscité malgré toutes les critiques formulées à son encontre. La principale vient de sa teneur excessive en sucre, ce qui est mauvais pour le poids et le diabète, dès lors que l'on en consomme beaucoup et régulièrement. C'est aussi le cas de tous les autres sodas et boissons fortement sucrés.

Et maintenant, le cola et l'acide phosphorique

Mais un autre danger se profile, associé cette fois-ci à l'acide phosphorique contenu dans le cola. Cette substance, que l'on trouve uniquement dans le cola, est responsable du goût acide. Les autres types de sodas utilisent l'acide citrique. Or des taux élevés d'acide phosphorique sont connus pour entraver le fonctionnement des reins et favoriser les calculs rénaux.

Pour illustrer ce phénomène, des chercheurs américains ont recruté 500 personnes pour lesquelles une insuffisance rénale a été récemment diagnostiquée. Les habitudes alimentaires et notamment les consommations en boissons ont été recueillies à l'aide de questionnaires et comparées à celles d'une population témoin. On constate de cette façon qu'à partir de deux verres de cola, le risque d'insuffisance rénale est multiplié par deux.

Il en est de même avec le cola "light".

En revanche, aucune association n'a été trouvée avec les autres sodas, ce qui renforce la suspicion à l'encontre de l'acide phosphorique.

PUB
PUB

L'insuffisance rénale, une maladie fréquente, grave et silencieuse

Les maladies rénales sont fréquentes : on estime à 3 millions le nombre de Français atteints d'une maladie rénale, parfois sans le savoir.

Elles sont difficiles à diagnostiquer précocement car elles sont très insidieuses.

Elles évoluent silencieusement durant des années, jusqu'à ce qu'elles se manifestent par une insuffisance rénale irréversible. D'où l'importance de se faire dépister (un simple test sanguin et/ou urinaire), et particulièrement les sujets à risque (diabétiques, hypertendus, au-delà de 60 ans, antécédent familial de maladie rénale génétique, traitements médicamenteux potentiellement toxiques pour les reins).

Si actuellement, il est déjà recommandé aux personnes atteintes d'une maladie rénale d'éviter le cola et les autres aliments riches en acide phosphorique comme la viande, il serait sans doute intéressant d'élargir ce conseil.

En attendant les résultats d'autres études sur ce sujet, les personnes à risque de maladie rénale doivent se méfier du cola et veiller à ne pas en consommer quotidiennement.

Et de façon plus générale, tous ceux qui consomment du cola tous les jours devraient le signaler à leur médecin et discuter de la pertinence d'un dépistage de l'insuffisance rénale.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 23 Juillet 2007 : 02h00
Mis à jour le Lundi 10 Octobre 2016 : 18h38
Source : Saldana T.M., Epidemiolgy, 18 (4) : 501-6, 2007.
PUB
PUB
A lire aussi
Boissons énergisantes, le cœur peut trinquerPublié le 03/02/2016 - 14h44

Les boissons énergisantes, dangereuses pour les personnes cardiaques ? Une consommation excessive provoque des troubles du rythme cardiaque voire des arrêts cardiaques, à mettre surtout sur le compte de la caféine. Or les consommateurs d’energy drink ne sont pas forcément ceux que l’on...

Le diabète et ses particularités chez le sujet âgéPublié le 31/12/2001 - 00h00

Le diabète est une maladie métabolique dont la fréquence augmente avec l'âge. Il touche 10% des plus de 65 ans, sous la forme principale d'un diabète dit “ gras ” ou de type II. Or cette maladie entrave la qualité de vie d'où l'intérêt de la prévenir ou d'en limiter les complications.

Plus d'articles