Le cholestérol : une affaire de famille ?

© getty

Lorsque la génétique s'en mêle, le cholestérol touche toute la famille ou presque. On parle alors d'hypercholestérolémie familiale.

Une maladie qui touche 1 Français sur 500 et qui requiert une prise en charge précoce. Sinon c'est l'infarctus qui vous guette…

PUB

Le cholestérol, ennemi de vos artères

Si le cholestérol est souvent pointé du doigt comme l'ennemi à abattre, il reste un élément indispensable à la fabrication des parois de nos cellules. D'ailleurs, notre organise en est le premier producteur de cholestérol. Vient ensuite l'alimentation qui constitue une seconde source non négligeable.

Notez que derrière le mot cholestérol, se cachent en réalité deux types de cholestérol :

PUB
PUB
  • le HDL-cholestérol ou bon cholestérol,
  • le LDL-cholestérol dit mauvais cholestérol.

    Mauvais parce qu'il se colle aux parois de nos vaisseaux sanguins et empêche le sang de bien circuler.

    Une obstruction qui peut se solder par un infarctus !

Une mauvaise recapture du mauvais cholestérol

De manière générale, si on prend garde à ne pas avoir une alimentation trop riche en graisse animale, notre métabolisme est capable d'éliminer lui-même le mauvais cholestérol. Sauf quand la génétique nous joue des tours…

En effet, chez certaines personnes, le gènequi règle cette recapture du mauvais cholestérol ne fonctionne pas normalement.

Résultat : le LDL-cholestérol stagne dans le sang et les vaisseaux sanguins. Cette anomalie génétique est dominante, c'est-à-dire qu'il suffit qu'un seul des deux parents la possède pour la transmettre à ses enfants.

Ainsi,si dans un couple, une personne souffre d'hypercholestérolémie familiale, leurs enfants auront 1 chance sur 2 d'en souffrir aussi.

Publié par Elise Dubuisson, journaliste santé. le Lundi 17 Septembre 2012 : 00h00
Mis à jour le Mardi 18 Septembre 2012 : 12h41
Source : Dr Olivier Descamps, lipidologue à l'Hôpital de Jolimont