Cholestérol et infarctus : les femmes aussi !

Publié le 01 Novembre 2004 à 1h00 par Dr Philippe Presles
Dans une cinquantaine de pays, plus de 15.000 patients ayant fait un infarctus ont été suivis dans une grande étude. Il en ressort que le cholestérol est de très loin le facteur de risque N°1 et que les femmes sont également concernées.
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Quelle est la différence principale entre l'homme et la femme en matière d'infarctus ?

L'âge moyen de survenue… est de 56 ans pour les hommes (entre 48 et 65 ans) et de 65 ans pour les femmes (entre 56 et 72 ans).

Autrement dit, on observe une dizaine d'années d'écart entre les hommes, dont le risque d'infarctus lié à l'âge commence à 45 ans, et les femmes, pour qui il ne commence qu'à 55 ans.

Les 9 facteurs de risque évitables de l'infarctus

C'est l'une des informations fournies par la grande étude INTERHEART qui a porté sur plus de 15.000 patients ayant fait un infarctus, dans 52 pays à travers le monde (dont 3.002 femmes). La comparaison du cas de ces patients avec celui d'un nombre équivalent de sujets indemnes de la maladie, a permis de démontrer que la survenue des infarctus était liée à neuf facteurs de risques, tous évitables :

1. hypertension artérielle,

2. tabagisme,

3. diabète,

4. obésité abdominale,

5. stress,

6. consommation d'alcool (pas plus de 1 à 6 verres par semaine),

7. apport quotidien insuffisant en fruits et légumes,

8. manque d'exercice physique,

9. cholestérol élevé.

Ces facteurs expliquent à eux seuls 90% des infarctus chez les hommes et 94% des infarctus chez les femmes !

Le cholestérol est l'ennemi numéro 1

Chez les femmes, comme chez les hommes, le facteur de risque n°1 est l'excès de cholestérol qui, à lui seul, entre en jeu dans un infarctus sur deux !

Et plus le taux de cholestérol est élevé, plus le risque d'accident cardiaque est important.

Il y a donc égalité sur ce plan entre les sexes et les femmes doivent, comme les hommes, bien surveiller leur cholestérol.

A savoirpour surveiller son cholestérol

Il faut doser le LDL cholestérol dont le bon niveau dépend du nombre de vos facteurs de risque :

  • 2,20 g/l en l'absence de facteur de risque.
  • 1,90 g/l en présence d'un facteur de risque.
  • 1,60 g/l en présence de deux facteurs de risque.
  • 1,30 g/l en cas d'antécédent d'infarctus du myocarde.

La fréquence du bilan dépend également du nombre de vos facteurs de risque. Si vous n'en avez aucun, un seul bilan, entre l'âge de 20 ans et l'âge de 45 pour les hommes et 55 ans pour les femmes, sera nécessaire. Si vous avez un facteur de risque, il faudra faire ce bilan tous les trois ans. En revanche, si vous présentez deux facteurs de risque, le bilan devra idéalement être fait tous les ans. Et si vous avez déjà fait un infarctus, le bilan annuel est indispensable !

Infarctus : danger de l'hypertension et du diabète

Si l'égalité est de mise pour le cholestérol, elle l'est moins pour deux facteurs de risques davantage impliqués chez les femmes : l'hypertension artérielle et le diabète. L'hypertension explique 36% des infarctus chez les femmes contre 19% chez les hommes. Quant au diabète, il explique 19% des cas chez les femmes contre 10% chez les hommes. Il est donc important pour les femmes de se faire très régulièrement mesurer la tension, par exemple lors des visites chez le gynécologue ou chez le médecin de famille pour le suivi gynécologique.

En revanche, les femmes fument encore un peu moins et cela se voit dans les chiffres : le tabagisme est impliqué dans 44% des infarctus chez les hommes contre 16% chez les femmes. C'est probablement aujourd'hui le principal facteur différenciant les hommes et les femmes. Une raison de plus pour ne pas se laisser tenter par le tabac !

Source : Salim Yusuf et al. Effect of potentially modifiable risk factors associated with myocardial infarction in 52 countries (the INTERHEART study): case-control study. The Lancet, Published online September 3, 2004.