Ces aliments qui boostent le cerveau !

© Istock

Notre cerveau ne se nourrit pas seulement d’enseignements et d’expériences diverses et variées. Sa santé dépendant également de ce que contient notre assiette.

PUB
En partenariat avec :

Notre cerveau se compose de cellules (nos neurones, par exemple) composées de graisses et de cholestérol en abondance. Il abrite également des synapses – ces zones qui connectent nos neurones entre eux – dépendant des acides gras de type oméga 3 ; des neurotransmetteurs (molécules de communication entre neurones) formés d’acides aminés ; des « cofacteurs enzymatiques » (pour faciliter les réactions chimiques) issus de certaines vitamines B9, B12, B6, B1…

Des glucides simples, complexes et protéines

Pour un fonctionnement optimal, nos cellules cérébrales ont besoin d’énergie fournie par la consommation de glucose : les cellules de notre cerveau en sont, d’ailleurs, particulièrement friandes.

PUB
PUB

"Le cerveau pompe, en moyenne, 100 à 150 grammes de glucose dans la journée et, à peu près autant, durant la nuit", souligne le docteur Laurence Plumey*, médecin nutritionniste, Praticien Hospitalier (Necker, Antoine Béclère) et auteure de Sucre, Gras et Sel. Ce que contiennent vraiment nos aliments, aux Éditions Eyrolles.

Ce glucose doit alimenter nos cellules cérébrales en permanence. Pour cela, il est recommandé de se nourrir régulièrement : toutes les trois à quatre heures. L’idéal étant de consommer trois repas par jour, en commençant par le petit déjeuner, pour recapitaliser notre stock de glucides consommé durant la nuit.

Varier les protéines

Outre les boissons chaudes ou froides (thé, café...), les laitage et les fruits riches en vitamines et minéraux, ce repas matinal doit apporter des glucides complexes (pain, produits céréaliers...), mais aussi, des glucides simples (jus de fruits, confiture, miel, poudre de chocolat...).

Au total, il est possible de consommer, lors de ce repas, l’équivalent de trois à quatre morceaux de sucres. Une grande partie du cerveau est également composée de tissus de soutiens riches en protéines (acides aminés).

Pour les renouveler au quotidien, un apport régulier de protéines est nécessaire. Dans le cas contraire, une carence protéique entraîne fatigue physique et intellectuelle. Les protéines animales et végétales sont complémentaires.

"Il faut varier les sources de protéines. Pour un fonctionnement optimal du cerveau, nous avons besoin de consommer, chaque jour, 60 à 80 grammes de protéines réparties entre le petit-déjeuner (produits laitiers), le déjeuner et le dîner (viandes, poissons, œufs, produits laitiers, légumes secs, pain...) », indique le docteur Plumey.

Publié par Hélia Hakimi-Prévot, journaliste santé le Jeudi 24 Mai 2018 : 17h30
Source : *Le docteur Plumey est également l’auteure du Grand livre de l’Alimentation (Éditions Eyrolles) et de Comment maigrir heureux quand on n’aime ni le sport ni les légumes (Éditions Eyrolles).
*« Nature Neuroscience », 16 janvier 2018, Faraco et coll.
**Véritables soldats de l’organisme, les lymphocytes T sont des cellules jouant un rôle dans notre système immunitaire : elles permettent à notre corps de se défendre contre les bactéries, virus, cellules cancéreuse...
***Les cytokines correspondent à un ensemble d’une centaine de protéines synthétisées par différentes cellules de l’organisme. La cytokine IL17, par exemple, joue un rôle important dans notre système immunitaire.
****Pour les adultes, l’OMS recommande de consommer moins de 5 grammes (un peu moins d’une cuillère à café) de sel par jour.
La rédaction vous recommande sur Amazon :