La salpingite, une infection fréquente cause de stérilité

© Adobe Stock

La salpingite est une infection des trompes utérines (trompes de Fallope) pouvant être à l'origine d'une stérilité. L’infection est bactérienne et survient le plus souvent au cours d’un rapport sexuel. La salpingite est donc une infection sexuellement transmissible.

Publicité

La salpingite, une infection pelvienne, au niveau des trompes

La salpingite fait partie des infections pelviennes, puisqu’une même infection peut également concerner le col de l’utérus, l’utérus et parfois l’ovaire.

La salpingite correspond à une infection d'une ou deux trompes utérines, aussi nommées trompes de Fallope.

L’agent infectieux est généralement bactérien, comme la bactérie provoquant la gonorrhée ou l’infection à chlamydia, toutes deux des infections sexuellement transmissibles fréquentes.

Publicité
Publicité

Ces bactéries pénètrent par voie vaginale, le plus souvent au cours d’un rapport sexuel. Il arrive que l’agent bactérien à l’origine d’une salpingite ou d’une autre infection pelvienne pénètre dans le vagin lors d’une douche intime, encore plus rarement lors de l’accouchement, d’un avortement ou d’un geste médical, comme une dilatation ou un curetage.

L’infection débute au niveau du col de l’utérus, puis de l’utérus, avant de coloniser une trompe deFallope, voire les deux. L’ovaire n’est généralement touché que dans le cas des infections bactériennes sévères.

Salpingite, attention, risque de stérilité

De telles infections pelviennes représentent la principale cause destérilité en Europe. Elles sont responsables de stérilité chez près d’une femme sur 5. Elles ont également la fâcheuse tendance à récidiver dans un tiers des cas.

Et enfin, la salpingite, tout comme les autres infections pelviennes, s’observe majoritairement chez des femmes plutôt jeunes et sexuellement actives.

Parmi les autres facteurs de risque, citons le fait d’avoir de nombreux partenaires sexuels, une maladie sexuellement transmissible, une vaginose. À noter également que les femmes de moins de 24 ans n’utilisant pas de méthode contraceptive sont également plus à risque, tous comme les femmes qui utilisent un dispositif intra-utérin.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Vendredi 10 Février 2012 : 13h55
Mis à jour le Lundi 09 Mai 2016 : 17h18
Source : Le Manuel Merck, Editions Larousse.