4 raisons qui expliquent les démangeaisons du crâne

Vous vous grattez le crâne plusieurs fois par jour ? Pellicules, psoriasis, eczéma...Ces démangeaisons ont forcément une explication. Mais rassurez-vous, elles sont généralement faciles à soigner. Le point avec le Dr Paul Dupont, dermatologue et auteur du livre Se libérer du psoriasis aux éditions Eyrolles.
© Istock

Est-ce un psoriasis ?

Comment le reconnaître ?

Le psoriasis-la-maladie-de-peau-la-plus-genante-pour-les-francais/breve/615285" target="_blank">psoriasis est une maladie de peau non contagieuse qui se caractérise par l’apparition de plaques de peaux sèches et squameuses. Les squames se détachent en grands lambeaux et laissent la peau à vif. « Cette pathologie est liée à un emballement de la production des cellules de la peau. N’ayant pas le temps de mûrir, ces dernières encombrent l’épiderme qui devient irrité et qui démange » explique le Dr Paul Dupont. Le psoriasis peut toucher le cuir chevelu, l’ensemble du corps et classiquement les coudes et les genoux. Il peut aussi également toucher les ongles qui ont alors tendance à s’épaissir et à jaunir. « Il faut savoir que le grattage aggrave les lésions car en irritant les plaques, il favorise leur progression, prévient le spécialiste. Certaines formes de psoriasis sont dites en gouttes : de petites lésions ponctuelles en gouttes sur tout le corps peuvent faire suite à une infection bactérienne. Le plus souvent il s’agit d’une angine à streptocoque, notamment chez l’adulte jeune et l’enfant », poursuit le dermatologue. Selon l’étude "Objectifs peau" réalisée par la Société Française de Dermatologie sur un échantillon de 20 012 personnes âgées de plus de 15 ans et rapportée par l'Association France Psoriasis, 74% des patients ayant eu d’autres problèmes de peau considèrent le psoriasis comme étant le plus gênant et 77% que le psoriasis altère leur qualité de vie.

Quel traitement ?

Outre une bonne hydratation des plaques, le traitement repose sur l’application locale soit de corticoïdes pour calmer l’inflammation, soit de crèmes à base de vitamine D pour limiter l’épaisseur des plaques. « Mais il s’agit là simplement d’un palliatif. Depuis quelques temps, pour les psoriasis plus graves on a recours aux biothérapies : il s’agit d’injection d’anticorps monoclonaux qui vont lutter contre l’excès d’activité des lymphocytes. Une alternative naturelle consiste à faire des cures de lécithine marine extraite de poissons sauvages », nuance le dermatologue. 

Vidéo : Psoriasis : 3 aliments à éviter

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Paul Dupont, Se libérer du psoriasis, éd. Eyrolles
Étude « Objectif peau », Association France Psoriasis

La rédaction vous recommande sur Amazon :