Psoriasis : l'arrivée des biothérapies

Le psoriasis est une maladie particulièrement handicapante et difficile à prendre en charge. Grâce à la recherche, nous disposons désormais de nouveaux traitements, les biothérapies, capables de venir à bout des formes sévères.
Publicité

Psoriasis : une maladie handicapante

Le psoriasis est une maladie qui touche 2% de la population. Cette affection se caractérise par des plaques rouges recouvertes de squames blanches, pouvant toucher les coudes et les genoux, mais aussi les ongles, le cuir chevelu, etc. Plus le psoriasis est étendu, plus les répercussions physiques et psychologiques sont importantes. En cas de forme grave, la totalité du corps peut être touchée et s'accompagner de complications, notamment de rhumatisme psoriasique (la maladie n'est plus exclusivement cutanée, mais atteint aussi les articulations).

Publicité
Publicité

Le psoriasis est dû à une anomalie du système immunitaire

Le psoriasis est une maladie auto-immune qui se développe souvent chez des personnes génétiquement prédisposées et évolue sous l'influence de facteurs environnementaux (prise de médicaments bêta-bloquants, infection bactérienne, facteurs psychologiques comme le stress ou les traumatismes, etc.).

La maladie est la conséquence d'un dysfonctionnement du système immunitaire. Il se produit une réaction d'autodéfense anormale contre les cellules de la peau. Les défenses immunitaires produisent des lymphocytes T, lesquels entraînent une inflammation de la couche cornée de la peau. Une famille de molécules impliquées dans ce phénomène a été identifiée, les cytokines, à laquelle appartiennent les TNF (facteurs de nécrose tumorale intervenant dans le phénomène inflammatoire), cibles de certains nouveaux traitements de biothérapie.

En effet, des molécules anti-TNF sont capables de bloquer ce phénomène inflammatoire. Plusieurs sont disponibles sur le marché comme l'étanercept (Enbrel®) et infliximab (Remicade®), lesquelles sont aussi utilisées dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, une autre maladie auto-immune provoquant des inflammations.

De nouvelles molécules, ciblant cette fois-ci les lymphocytes T, ont également été mises au point.

De telles biothérapies aux modes d'action de plus en plus spécifiques, peuvent permettre de traiter des psoriasis modérés et sévères et représentent une alternative pour les malades n'ayant pas répondu aux autres traitements.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 16 Juillet 2007 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 18 Mars 2016 : 12h25
Source : Société française de dermatologie et Journées dermatologiques, 5-9 décembre 2006.