Traitement Hormonal Substitutif de la ménopause (THS) et cancer du sein : enfin une étude française, de surcroît, rassurante !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 24 Novembre 2004 : 01h00
-A +A
Cette fois-ci, les risques du traitement hormonal substitutif de la ménopause (THS) ont été analysés dans une étude bien française. Et les résultats sont enfin rassurants : l'une des associations hormonales largement prescrites en France, n'augmente pas le risque de cancer du sein !

Lorsque l'on parle du traitement hormonal substitutif (THS), il faut savoir que cette appellation recouvre plus d'une soixantaine de traitements différents. Les formes de THS diffèrent selon le type de molécules, le mode d'administration (cutanée par gel ou patch, orale, spray nasal) et le dosage. De plus, le THS peut être composé d'oestrogènes seuls ou combinés avec différents types de progestatifs : progestérone naturelle, progestatifs de synthèse dérivés de la progestérone ou de la testostérone, etc. En outre, les oestrogènes peuvent être prescrits de façon continue ou discontinue, et les progestatifs sous forme séquentielle ou permanente.

On comprend ainsi que tous les THS n'ont probablement pas les mêmes effets. Pourtant, les résultats alarmants et particulièrement médiatisés de l'étude américaine dénommée WHI (Women's Health Initiative) ont été extrapolés à tout type de THS, alors que l'association hormonale étudiée est très rarement prescrite en France.

D'où toute l'importance de cette nouvelle étude menée sur la population française, concernant la relation entre cancer du sein et prise de THS tel qu'il se pratique en France. Cet essai, E3N (Etude épidémiologique auprès des femmes de la Mutuelle générale de l'éducation nationale MGEN), a porté sur 100.000 femmes, dont 54.584 femmes ménopausées, qui auparavant n'avaient jamais suivi de THS. Les principaux résultats sont les suivants : comparées aux non-utilisatrices, les femmes prenant un THS ont globalement une augmentation modérée du risque de cancer du sein. Mais ce risque diffère selon le type de THS employé. Ainsi, il s'accroît avec l'association oestrogène cutané et progestatif de synthèse, tandis qu'aucune augmentation du risque de cancer du sein n'est observée avec l'association oestrogène cutané et progestérone naturelle micronisée. Ce second traitement, très largement prescrit aux Françaises est donc préférable.

En conclusion, les risques de cancer du sein dépendent considérablement du type de THS employé. C'est pourquoi, les conclusions portant sur les THS testés dans les études étrangères ne sont pas systématiquement applicables aux Françaises. Le THS composé d'oestrogène cutané et de progestérone naturelle micronisée, n'est pas associé à une augmentation du risque de cancer du sein.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 24 Novembre 2004 : 01h00
Source : Le Quotidien du Médecin, n°7636, 22 novembre 2004.
A lire aussi
Ménopause : les secrets du traitement hormonal Publié le 21/05/2007 - 00h00

La ménopause est un grand tournant dans la vie des femmes. Elle annonce la fin de la fertilité, s'accompagne d'un risque accru d'ostéoporose et de symptômes plus ou moins gênants comme les bouffées de chaleur. S'informer est le meilleur moyen d'apprivoiser les changements, notamment avec le...

THS : nouvelles données françaises Publié le 08/11/2005 - 00h00

Un groupe de travail constitué d'épidémiologistes et de biostatisticiens a réalisé un bilan de l'utilisation des traitements hormonaux substitutifs de la ménopause (THS) en France. Les risques de cancer du sein et des évènements cardiovasculaires ont été évalués et chiffrés.

Plus d'articles