Sommeil en apnée, réveil fatigué

Sommeil en apnée, réveil fatigué

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 26 Février 2003 : 01h00
Mis à jour le Vendredi 07 Octobre 2016 : 16h28
-A +A

Le syndrome des apnées du sommeil correspond à des interruptions répétées de la respiration durant la nuit. Dues à l'affaissement des voies aériennes supérieures, elles conduisent à une asphyxie progressive du patient jusqu'à ce qu'il se réveille. Ce sommeil de mauvaise qualité est notamment responsable de ronflements, de somnolence diurne, de fatigue, de maux de tête, de dépression, mais également de complications cardio-pulmonaires.

Les conséquences d'un syndrome d'apnées du sommeil ne sont pas négligeables

En plus des répercussions sociales et des risques d'accidents de voiture ou du travail dus à la fatigue et à la somnolence et de diverses complications telles la dépression, l'irritabilité, la perte de mémoire et le manque d'énergie, ces patients présentent le plus souvent des problèmes cliniques entraînés par le manque d'oxygène chronique et répété : insuffisance respiratoire, hypertension artérielle pulmonaire et insuffisance cardiaque droite, avec arythmie, angine et infarctus. Ceux qui ont plus de 20 crises d'apnées à l'heure risquent davantage de mourir subitement.

Les traitements existent

En cas d'apnée obstructive légère, des règles hygiéno-diététiques peuvent suffire : perte de poids, suppression de l'alcool et du tabac. Sinon, un traitement médical est instauré : appareil d'aide respiratoire, articles d'orthodontie ou chirurgie.

La ventilation en pression positive continue

La ventilation en pression positive continue est le traitement de référence. Ce mode ventilatoire permet de pressuriser l'expiration au-dessus de la pression atmosphérique, afin de conserver les voies aériennes supérieures ouvertes. Cette pression, délivrée par un masque placé sur le nez et relié à un compresseur, pousse l'air dans le nez et la gorge, gardant ainsi les voies dégagées. L'inconvénient est qu'il faut supporter cet appareillage toutes les nuits ! Dans certains, on peut proposer le port d'une orthèse d'avancée mandibulaire durant la nuit.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 26 Février 2003 : 01h00
Mis à jour le Vendredi 07 Octobre 2016 : 16h28
Source : " Le sommeil en question ", Maryse-Gilda Blaquieres, Coll. Vivre et Comprendre, Ed. Ellipses, Paris, 1999.
A lire aussi
Vous ronflez et somnolez dans la journée ? Publié le 26/12/2005 - 00h00

Vous ronflez ? Vous êtes fatigué dès le réveil ? Vous avez tendance à vous endormir dans la journée ? Vous somnolez en voiture ? Cela vous irrite et vous rend nerveux ? Consultez, c'est peut-être un syndrome d'apnées du sommeil. En l'absence de prise en charge, cette affection peut être à...

Ronflements et risque cardiovasculaire Publié le 26/11/2007 - 00h00

Le simple ronflement est sans risque. En revanche, les ronflements intenses associés à des apnées obstructives du sommeil (arrêts transitoires de la respiration durant le sommeil) augmentent le risque cardiovasculaire. Une excellente raison de traiter les apnées du sommeil.

Plus d'articles