Rhinite allergique ou rhume des foins : à traiter !

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 02 Janvier 2003 : 01h00
Mis à jour le Mardi 30 Avril 2013 : 09h29
-A +A
Extrêmement répandue, la rhinite allergique (ou rhume des foins)touche 10 à 25% de la population et sa prévalence est en constante augmentation. Un grand nombre de patients ne consultent pas. Pourtant, cette affection constitue un facteur de risque important de l'asthme.

Le rhume des foins altère la qualité de vie

La rhinite allergique (communément appelée rhume des foins) est définie cliniquement comme une maladie symptomatique du nez, déclenchée par une exposition à un allergène. Les données récentes portant sur les mécanismes qui sous-tendent l'inflammation allergique des voies aériennes ont permis une amélioration considérable de la prise en charge des patients.

En France, plus de 15% des sujets de 15 à 50 ans souffrent d'une rhinite allergique induite par les pollens. Sans être habituellement une maladie sévère, elle altère considérablement la vie sociale des patients, la productivité au travail et les performances scolaires. Encore plus inquiétant, le rhume des foins est un facteur de risque de l'asthme. Pourtant, nombre de patients ne consultent pas. En France, plus de 20% d'entre eux demandent seulement conseils à leur pharmacien.

Quand la rhinite allergique est saisonnière...

Il y a une dizaine d'année déjà, l'OMS a formulé des recommandations et publié un document à l'usage des pharmaciens afin de les aider dans leur rôle de conseiller. En effet, on distinguait alors deux grands types de rhinites allergiques : les rhinites saisonnières et les rhinites perannuelles. Mais en raison des difficultés à les différencier et dans la mesure où plus de la moitié des patients sont allergiques tant aux pollens qu'aux acariens, la classification de cette affection a été modifiée. Depuis, les symptômes et les paramètres de qualité de vie sont pris en compte, ainsi que la durée, permettant aujourd'hui de distinguer la maladie intermittente ou persistante.

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 02 Janvier 2003 : 01h00
Mis à jour le Mardi 30 Avril 2013 : 09h29
Source : Communiqué de presse Institut Pasteur, Prévention de l'asthme par la prise en charge de la rhinite allergique : le rôle du pharmacien, Programme ARIA - Allergic Rhinitis and its Impact on Asthma - de OMS, 22 octobre 2002.
A lire aussi
Rhinite et allergie : traitement et désensibilisation Publié le 02/04/2007 - 00h00

Les rhinites allergiques sont des affections très fréquentes qui récidivent à chaque saison. Les traitements existent, il convient d'y recourir pour faire disparaître les symptômes, mais dans certains cas, on peut aussi recourir à la désensibilisation.

Comment stopper la rhinite allergique ? Publié le 29/05/2009 - 00h00

Pollens, acariens et poils de chat déclenchent des réactions allergiques chez environ une personne sur quatre. Nez qui coule, salves d'éternuements et picotements des yeux peuvent être soulagés, voire prévenus à l'aide d'un traitement spécifique contre la rhinite allergique. Sinon, seule la...

La rhinite allergique favorise l'asthme Publié le 03/11/2005 - 00h00

Une personne asthmatique souffre souvent de rhinite allergique, laquelle constitue un facteur aggravant de l'asthme. Mais inversement, le patient atteint de rhinite allergique développe plus souvent un asthme. Ainsi, en cas de rhinite allergique, il est recommandé de bien traiter cette affection...

Plus d'articles