Produits chimiques : protection des femmes enceintes et des enfants

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 01 Décembre 2008 : 01h00
Mis à jour le Mardi 10 Avril 2012 : 15h18
-A +A
Il existe suffisamment d'arguments pour appeler à la vigilance. Les fortes concentrations de produits chimiques (solvants et cosmétiques notamment) dans notre environnement ont des conséquences directes sur la fertilité et sur les malformations génitales. Pendant l'enfance et la grossesse particulièrement, il est recommandé de diminuer les expositions.

Fertilité masculine en berne pour cause de pollution

C'est indéniable, la fertilité masculine a fortement baissé. Il suffit de regarder à quelle vitesse le recours à l'assistance médicale à la procréation a augmenté pour infertilité masculine. La pollution par les substances chimiques contribue largement à ce phénomène.

Selon l'Agence de sécurité sanitaire des aliments, de l'environnement et du travail (Anses), des anomalies du système reproducteur sont observées chez de nombreuses espèces et plus particulièrement dans les zones sévèrement polluées. Chez l'homme maintenant, "on a observé une diminution de la production de spermatozoïdes de 50% au cours des 50 dernières années, et dans la même période un doublement de l'incidence du cancer du testicule et de certaines malformations génitales". Ces phénomènes sont en partie liés à certaines substances chimiques (perturbateurs endocriniens ou œstrogène-like, mimant les effets des hormones sexuelles féminines).

Limiter les expositions pendant la grossesse et la petite enfance

Lors du colloque Environnement chimique, reproduction et développement de l'enfant, la secrétaire d'Etat à l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet a formulé des mises en garde, en recommandant de limiter les expositions aux produits chimiques pendant les périodes clés de la vie, à savoir la petite enfance et la grossesse. En effet, c'est durant le développement, et dès le stade fœtus, que les expositions chimiques font le plus de dégâts sur la fertilité future.

Certaines substances chimiques, particulièrement les pesticides, les phtalates (utilisés dans les plastiques mous) et les parabens (dans les cosmétiques) étant soupçonnés d'être reprotoxiques, il est conseillé de :

  • Réduire au maximum l'usage des cosmétiques contenant des parabens (shampoings, teintures).
  • Utiliser une crème anti-vergetures sans parabens.
  • Recourir aux cosmétiques bio.
  • Utiliser des produits ménagers verts ou écolabel.
  • Peler les fruits et les légumes.
  • Ne pas utiliser de parfums d'intérieur.
  • Eviter les bombes insecticides.
  • Eviter les travaux et la peinture.

#E#Encore une fois, protéger les plus fragiles est un devoir.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 01 Décembre 2008 : 01h00
Mis à jour le Mardi 10 Avril 2012 : 15h18
Source : Colloque Environnement chimique, reproduction et développement de l'enfant, Ministère de l'Ecologie, 25 novembre 2008. Communiqué de l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset), novembre 2008.
A lire aussi
FIV : approches complémentaires Publié le 17/05/2013 - 09h47

Près d'un couple sur six rencontre des difficultés pour avoir un enfant. L’aide médicale à la procréation peut leur apporter une aide. Mais avant et pendant une telle prise en charge médicale, que peut-on faire en parallèle pour augmenter les chances de réussite ?

Pas de cosmétiques pour bébé ! Publié le 29/09/2008 - 00h00

Non soumis à la même réglementation que les médicaments, les produits cosmétiques contiennent parfois des produits toxiques. Or ces mêmes cosmétiques sont offerts sous la forme d'échantillons gratuits aux mamans avant même leur sortie de maternité. Une opération marketing qui met en...

Plus d'articles