Les mycoses vaginales en 4 questions/réponses

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 07 Avril 2015 : 11h54
Mis à jour le Lundi 24 Août 2015 : 14h57

Entre 10 et 20 % des femmes développent des mycoses vaginales. Ces affections représentent l’un des premiers motifs de consultation en gynécologie. Bénignes, elles nécessitent un traitement simple puis la mise en place de quelques règles d’hygiène pour prévenir les récidives.

À quoi sont dues les mycoses vaginales (candidose) ?

Très fréquentes, les mycoses vaginales sont bénignes. Il s’agit d’infections fongiques, c’est-à-dire qu’elles sont dues à un champignon nommé « Candida Albicans », d’où leur autre nom de « candidosesvaginales ». Ce champignon étant naturellement présent dans la flore vaginale, il est à l’origine d’une infection à l’occasion d’un déséquilibre. C’est par exemple potentiellement le cas après un traitement antibiotique, lors de la mise en place d’un traitement hormonal (pilule progestative), en tout début de vie sexuelle, lors de la ménopause, pendant la grossesse, lorsque l’hygiène intime est inadéquate (excessive ou inversement insuffisante), en cas de diabète, etc.

Autrement dit, les mycoses vaginales ne sont pas des infections sexuellement transmissibles, même si le champignon peut dans de rares cas se transmettre à l’homme (boutons rouges sur la verge) qui, en l’absence de traitement, peut alors potentiellement réinfecter la femme.

Quels sont les symptômes des mycoses vaginales ?

Parfois les mycoses vaginales sont asymptomatiques, mais c’est assez rare. Sinon, elles se manifestent par des irritations locales, des démangeaisons, des rougeurs, des petits boutons sur la vulve et par des pertes blanches également appelées leucorrhées. Peu abondantes, épaisses et friables, elles ont la consistance du lait caillé. La mycose peut aussi entraîner des sensations de brûlure lors des mictions et pendant les rapports sexuels. En cas d’inflammation de la vulve ou de la paroi vaginale associée, ces derniers peuvent être douloureux, voire impossibles.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 07 Avril 2015 : 11h54
Mis à jour le Lundi 24 Août 2015 : 14h57
Source : Manuel Merck, Éditions Larousse. Le guide de l’automédication, Éditions Vidal.
A lire aussi
Mycose vaginale : les signes qui ne trompent pas !Publié le 28/01/2013 - 10h37

Les mycoses vaginales sont des infections bénignes très fréquentes dues à un champignon, Candida Albicans, d’où son autre nom de « candidose » vaginale. Quels sont les signes typiques indiquant une prolifération de ces champignons ? Comment reconnaître une mycose vaginale ?

Pertes blanches : et si c'était une vaginite ?Publié le 24/02/2012 - 11h04

Une vaginite désigne une inflammation du vagin qui peut avoir différentes origines : bactérienne, mycosique, virale, hormonale, etc. En revanche, les symptômes sont comparables, à commencer par des pertes blanches ou « leucorrhées », des démangeaisons, des douleurs lors des...

Plus d'articles