Quel est le premier motif de consultation en gynécologie ? Les mycoses vaginales

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 31 Juillet 2000 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 16 Juin 2016 : 14h57
Les mycoses vaginales représentent la première cause de consultation en gynécologie. Elles sont dues à des champignons microscopiques. Pourtant, les mycoses vaginales sont souvent favorisées par une hygiène intime trop stricte. Explications.

Les mycoses vaginales sont très fréquentes

10 à 20% des femmes en période d'activité génitale sont concernées. Les mycoses vaginales sont des infections dues essentiellement à un champignon microscopique, le Candida Albicans.

Sa prolifération excessive s'accompagne de symptômes typiques, associant une démangeaison locale, une irritation avec sensation de brûlure lors de l'émission des urines et des pertes vaginales blanches (leucorrhées) qui ressemblent à du lait caillé. L'irritation locale (vulvite ou inflammation de la vulve) peut être combinée à une vaginite (inflammation du vagin), rendant les rapports sexuels très douloureux si ce n'est impossible.

La mycose vaginale est-elle sexuellement transmissible ?

Malgré ces signes cliniques qui semblent évoquer une infection sexuellement transmissible (IST), les mycoses vaginales ne sont pas sexuellement transmissibles.

Ceci s'explique par le fait que les Candida Albicans sont naturellement présents dans le vagin de toute femme : ils sont l'un des composants essentiels de la flore vaginale, au même titre que d'autres germes ou microbes dits saprophytes (ce qui signifie "réciproquement utiles"), comme les mycoplasma, les Gardnerella, certains neisseria, etc.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 31 Juillet 2000 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 16 Juin 2016 : 14h57
Source : FMC Hebdo N°79 13 juin 2000
A lire aussi
Mycose vaginale : les signes qui ne trompent pas !Publié le 28/01/2013 - 10h37

Les mycoses vaginales sont des infections bénignes très fréquentes dues à un champignon, Candida Albicans, d’où son autre nom de « candidose » vaginale. Quels sont les signes typiques indiquant une prolifération de ces champignons ? Comment reconnaître une mycose vaginale ?

Les mycoses vaginales en 4 questions/réponsesPublié le 07/04/2015 - 09h54

Entre 10 et 20 % des femmes développent des mycoses vaginales. Ces affections représentent l’un des premiers motifs de consultation en gynécologie. Bénignes, elles nécessitent un traitement simple puis la mise en place de quelques règles d’hygiène pour prévenir les récidives.

Pertes blanches : et si c'était une vaginite ?Publié le 24/02/2012 - 11h04

Une vaginite désigne une inflammation du vagin qui peut avoir différentes origines : bactérienne, mycosique, virale, hormonale, etc. En revanche, les symptômes sont comparables, à commencer par des pertes blanches ou « leucorrhées », des démangeaisons, des douleurs lors des...

Plus d'articles