De la maladie d'Alzheimer à la dénutrition

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 21 Avril 2008 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 21 Avril 2016 : 16h15
-A +A
La dénutrition est étroitement corrélée à la maladie d'Alzheimer. Or une perte de poids chez une personne atteinte de la maladie d'Alzheimer favorise la progression de l'affection et accélère ses conséquences. Une seule solution, dépister la dénutrition pour proposer une complémentation nutritionnelle.

Alzheimer et dénutrition, une relation intime

Sur les 850.000 personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, 30 à 40% ont perdu du poids. Or cette perte de poids consécutive à la dénutrition des personnes malades, favorise la progression de la maladie d'Alzheimer et donc l'entrée en institution, voire la mortalité. La dénutrition augmente aussi le risque de chute, d'infections, de fatigue, de dépression... L'objectif est simple, dépister précocement la dénutrition afin de la prendre en charge. On ne peut pas forcer quelqu'un à manger. En revanche, il existe une complémentation nutritionnelle facile à mettre en place. Pour dépister la dénutrition, on ne peut pas se fier à l'âge ou à la sévérité de la maladie. En effet, si les personnes atteintes de démence sont deux fois plus sujettes à la dénutrition que les autres, l'âge n'est pas un facteur prédictif et ce constat concerne autant les sujets en institution qu'à domicile, et autant les porteurs d'une forme légère de la maladie que d'une forme modérément sévère. Par ailleurs, il arrive aussi souvent que la dénutrition précède les manifestations de la maladie d'Alzheimer.

Tout concourt à la dénutrition ...

Les personnes atteintes d'Alzheimer peuvent même oublier d'avoir faim ! Au début, on ne sait plus faire ses courses, on ne sait plus anticiper les achats nécessaires à la conception d'un repas, puis on ne sait plus éplucher les légumes ou manipuler les instruments de cuisine car progressivement une mauvaise coordination des mouvements gêne les étapes de réalisation des repas, et pour finir, on oublie de manger. A cela s'ajoutent les troubles bucco-dentaires, du goût, de l'odorat et tant d'autres facteurs qui contribuent à diminuer l'appétit.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 21 Avril 2008 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 21 Avril 2016 : 16h15
Source : Source et pour en savoir + : Semaine nationale de dépistage de la dénutrition des seniors, du 23 au 28 juin 2008, www.depistage-denutrition.com
A lire aussi
Dénutrition : conseils pour aider les personnes âgées Publié le 15/09/2008 - 00h00

Maladie, solitude ou dépression sont autant de troubles qui contribuent à la dénutrition des personnes âgées. A domicile ou en institution, cette situation de dénutrition est très fréquente. Alors comment dépister la dénutrition et comment aider les personnes âgées à se nourrir...

Dénutrition du senior : et si on parlait mensurations ? Publié le 07/05/2003 - 00h00

L'amaigrissement d'un aïeul est souvent perçu comme une conséquence normale et inévitable du vieillissement. Le phénomène est en fait beaucoup plus complexe et la dénutrition est un fléau qu'il faut apprendre à reconnaître. Pour cela, peu de choses suffisent : un bon sens de l'observation,...

Anorexie mentale Publié le 06/09/2001 - 00h00

L'anorexie mentale est un trouble du comportement alimentaire qui se rencontre le plus souvent chez les adolescentes et les jeunes femmes. Mais l'anorexie peut également survenir chez les adultes ou les enfants. Le repérage précoce et la prise en charge sont des priorités afin de prévenir les...

Plus d'articles