Le mal de l'air existe-t-il ?

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 16 Juillet 2007 : 02h00
-A +A
Sur les vols longs courriers, certains passagers se plaignent de malaises et autres symptômes. Ces derniers ressemblent curieusement à ceux du mal des montagnes attribué à la montée en altitude. Il est donc fort probable que les signes du mal de l'air résultent d'une simple pressurisation insuffisante des cabines…

Une histoire de pressurisation ?

Certains passagers de vol long courrier se plaignent de malaises, de nausées, de maux de tête, d'insomnies, de vomissements, de lassitude, etc. Ces symptômes sont mis sur le compte du décalage horaire, de la position assise prolongée, de la déshydratation, voire même de la contamination de l'air de la cabine. Il existe pourtant une autre hypothèse pouvant expliquer la survenue de tels symptômes, qui, à y regarder de plus près, s'apparentent fortement aux manifestations du mal des montagnes. Il s'agit de la pressurisation qui règne à l'intérieur des cabines.

Mal de l'air ou mal des montagnes ?

En effet, les avions sont pressurisés, mais la pression en cabine reste inférieure à celle du niveau de la mer (750 mmHg), ce qui correspond à une altitude de 2.000 à 2.500 m. Or en montagne, à cette altitude, certaines personnes sont gênées et présentent les symptômes décrits ci-dessus. Et plus l'altitude augmente, plus ils sont fréquents et sévères. Leur manifestation dépend aussi de la sensibilité individuelle, de l'acclimatation et de la rapidité de l'ascension.

Pour confirmer cette hypothèse, des volontaires ont été installés pour plusieurs heures dans des locaux (aménagés de façon à simuler une cabine d'avion) reproduisant une baisse de pression similaire à celle que l'on retrouve à des altitudes de 650 m, 2.000 ou 4.000 m. Après 3 à 9 heures dans un espace pressurisé correspondant à 2.000 m d'altitude, 7,4% des participants manifestaient un mal des montagnes. De telles conditions sont bien associées à un risque accru de malaise.En conclusion, il faudrait augmenter légèrement la pressurisation des avions afin de réduire le risque de malaise des passagers.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 16 Juillet 2007 : 02h00
Source : Muhm R. et coll., New England Journal of Medicine, 357 : 18-27, 2007.
A lire aussi
Quand un cardiaque prend l'avion... Publié le 17/03/2008 - 00h00

Est-il des risques particuliers de prendre l'avion lorsque l'on est atteint d'une maladie cardiaque ? Il existe effectivement des risques spécifiques. Les connaître permet de les prévenir en appliquant certaines règles simples de prévention, comme l'explique clairement le Pr Jean-Pierre...

Que risquez-vous en avion ? Publié le 18/05/2009 - 00h00

Quels sont les risques spécifiques pour votre santé si vous voyagez en avion ? Pressurisation, thromboembolie, décalage horaire, maladies infectieuses... Le point sur ces risques aériens.

Vous allez prendre l'avion : que faire pour arriver en forme ? Publié le 02/07/2012 - 14h10

Prendre l'avion est un moyen rapide de franchir de très longues distances, et pratiquement la seule solution si vous voulez visiter des pays lointains.Mais c'est aussi un mode de transport qui impose beaucoup de contraintes à notre organisme.Comment prendre l'avion et arriver en forme ?

Randonnée en haute montagne : quelles contre-indications ? Publié le 13/08/2001 - 00h00

La randonnée en haute altitude peut vous exposer au mal aigu des montagnes et à ses complications. Très variable selon les individus, ce syndrome augmente rapidement avec la montée en altitude. Sa fréquence est de 15% à 2.000 mètres, mais passe à 60% dès 4.000 mètres. Pouvant être...

Plus d'articles