La luminothérapie au service du décalage horaire

Publié par Jessica Xavier, journaliste beauté le Mercredi 27 Avril 2016 : 12h13
Mis à jour le Jeudi 28 Avril 2016 : 16h53
-A +A

La luminothérapie est un outil efficace pour compenser le décalage horaire. Nos athlètes, qui se préparent actuellement aux Jeux Olympiques de Rio, peuvent compter sur ses vertus pour arriver en pleine possession de leurs facultés physiques. L’INSEP (Institut National du Sport, de l'Expertise et de la Performance) vient de signer un partenariat avec Philips pour ses lampes à luminotherapie au service des champions. 

La lumière est indispensable à notre bien-être, à notre forme et à notre tonus tout au long de la journée. Les lux est l'unité de mesure de la luminosité. Lors d’une journée ensoleillée, la luminosité est d’environ 100.000 lux et ce niveau retombe à environ 500 lux dans une pièce standard. D’où la nécessité de faire le plein de lumière de façon artificielle quand il n’est pas possible de profiter de l’extérieur, ou en hiver quand la lumière naturelle est moins forte.

La luminothérapie, c’est quoi ?

La luminothérapie consiste à s’exposer à une lumière artificielle imitant la lumière naturelle du jour en été, grâce à des lampes de lumière bleue ou blanche. Ces lampes permettent notamment de lutter contre la dépression saisonnière, de rebooster ses batteries en cas de baisse de régime, de décaler/réinitialiser son horloge biologique en cas de décalage horaire, de faciliter le sommeil "d'optimiser son potentiel au sens large pour un événement ciblé à un créneau horaire particulier comme pour Rio où les épreuves auront lieu en soirée" ajoute François-Xavier Ferey, masseur-kinésithérapeute à l’INSEP

Pour des questions de sécurité, les lampes de luminothérapie n’émettent pas d’ultraviolets (UV) ni d’infrarouges. Les risques pour l’œil sont donc assez faibles, même si certaines précautions sont à respecter : ne pas utiliser en présence de pathologies de la rétine, de traitement photo-sensibilisateur. Par ailleurs, la rétine des enfants de moins de quinze ans n’étant pas totalement formée, "l’exposition à des lumières intenses n’est généralement pas recommandée" poursuit Olivia Plancherel, Chef de Produit Luminothérapie Philips.

Luminothérapie et décalage horaire

Dans le cadre du partenariat, Philips a créé une salle de luminothérapie dans l’enceinte de l’INSEP. Une salle qui sera utile aux sportifs qui se préparent aux J.O. de Rio 2016 et doivent tenir compte, entre autres, lors de leur préparatio, du décalage horaire et de ses effets sur l’horloge biologique.

François-Xavier Ferey: "L’horloge biologique cale notre rythme de sommeil de tous les jours et notre vie quotidienne. Le décalage horaire peut engendrer divers troubles: ceux de l’activité motrice causée par une fatigue, ou un manque de réactivité. Il peut avoir des conséquences sur les performances cognitives : la concentration, le pouvoir de réaction, d’analyse, de mémoire. Le décalage horaire en perturbant l’horloge biologique peut aussi avoir des incidences sur la fréquence cardiaque, sur le rythme veille/sommeil, perturber le sommeil au cours duquel sont sécrétées des hormones de récupération".

D’où l’importance pour un sportif qui doit être en pleine possession de toutes ses capacités de limiter au maximum les effets du décalage horaire.

La lumière, en fonction de son intensité, de la durée et du moment d’exposition, de sa couleur, va avoir un effet sur l’horloge biologique, et aider à la réinitialiser en cas de décalage horaire.

Publié par Jessica Xavier, journaliste beauté le Mercredi 27 Avril 2016 : 12h13
Mis à jour le Jeudi 28 Avril 2016 : 16h53
Source : Entretiens avec  Olivia Plancherel, Chef de Produit Luminothérapie Philips, et avec François-Xavier Ferey, responsable du service de masso-kynésithérapie et membre du programme luminothérapie à l’INSEP.
A lire aussi
Plus d'articles