Fumer fait aussi grossir !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 19 Mai 2008 : 02h00
Mis à jour le Lundi 27 Février 2012 : 14h59
A long terme, fumer favorise la prise de ventre. Certes, les fumeurs augmentent leur dépense énergétique de base en consommant cigarette sur cigarette, mais la nicotine a également un effet sur l'équilibre hormonal, ce qui modifie la répartition des graisses. C'est ainsi que les fumeurs et les fumeuses tendent à prendre du ventre au lieu d'en perdre…

La minceur du fumeur n'a qu'un temps

De très nombreuses personnes pensent que fumer faitmaigrir. D'autres ne font pas que le penser et fument délibérément de peur de prendre du poids ou n'osent pas stopper leur tabagisme redoutant une forte prise depoids dès l'arrêt. La réalité est tout autre et bien plus complexe. En fait, la minceur des fumeurs n'est que transitoire. En effet, la consommation d'une cigarette augmente le métabolisme énergétique de base de 3% pendant l'heure qui suit. C'est ainsi que la dépense énergétique quotidienne des fumeurs qui grillent un paquet par jour passe de 2.230 à 3.445 calories.

Par ailleurs, fumer diminue l'appétit (action anorexigène) et augmente la sensation de satiété. Mais les effets de la nicotine sont loin de se cantonner aux seuls effets métaboliques. La nicotine exerce également un effet direct sur l'équilibre hormonal. Or ce changement hormonal mène à une accumulation des graisses au niveau du ventre. Au-delà d'un souci esthétique, une surcharge graisseuse abdominale s'accompagne d'une hausse du risque cardiovasculaire, par l'intermédiaire de l'installation d'un syndrome métabolique et d'une résistance à l'insuline. En bref, cette nouvelle répartition des graisses corporelles est néfaste pour la santé. D'autant que localisés au niveau du tour de taille, les kilos superflus sont particulièrement difficiles à éliminer.

Les graisses s'installent sur le ventre chez les fumeurs

Globalement, on peut retenir que si les jeunes qui fument se sentent gagnants concernant leur poids, ce ne sera que sur une courte période, car ce pseudo avantage s'inverse à plus long terme. En effet, chez le fumeur « vieillissant », qu'il s'agisse d'un homme ou d'une femme, les kilos finissent par se concentrer progressivement autour du ventre, lesquels sont particulièrement ardus à déloger et entraînent des risques supplémentaires pour la santé (cardiovasculaire, diabète, cancer, insuffisance respiratoire). La perte depoids des premières années de tabagisme est un leurre, dont il faut avertir les jeunes et peut-être encore plus particulièrement les jeunes filles.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 19 Mai 2008 : 02h00
Mis à jour le Lundi 27 Février 2012 : 14h59
Source : Chiolero A. et coll., Am. J. Clin. Nutr., 87 : 801-9, 2008.
A lire aussi
Changements du corps à la ménopause : ce qui est vrai, ce qui est fauxPublié le 30/09/2012 - 22h00

Avec l’arrêt de la sécrétion hormonale, que de changements à la ménopause !Le corps se transforme, la silhouette se modifie, et l’on souffre de quelques désagréments. Il est important de rétablir le vrai du faux, afin de ne pas tous les attribuer à tort à la ménopause et savoir...

Diabète de type 2 : le tabagisme mis en cause Publié le 09/11/2016 - 18h09

La Journée mondiale du diabète et le "Moi (s) sans Tabac" tombent tous les deux en novembre. Quel rapport ? On le sait trop peu mais le tabagisme est un facteur de risque de diabète de type 2 : le risque d’un fumeur de développer un diabète de type 2 est augmenté de 30 à 40%. Mais la...

A la ménopause, le risque cardiovasculaire augmente !Publié le 20/03/2006 - 00h00

Les maladies cardiovasculaires représentent la première cause de mortalité chez les femmes aussi ! Pourtant, elles n'ont pas conscience de ce risque et continuent à penser que le risque cardiovasculaire est typiquement masculin. Or la réalité est là : une femme sur trois en meurt contre une...

Plus d'articles