L'abus d'alcool fait-il grossir ou maigrir ?

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 02 Février 2009 : 01h00
Mis à jour le Lundi 07 Décembre 2015 : 16h02
L'alcool est très calorique. En conséquence de quoi, l'alcool devrait faire grossir les personnes qui en consomment beaucoup. Qu'en est-il ? C'est l'inverse qui se produit : ce n'est pas l'obésité qui guette les gros consommateurs d'alcool mais la dénutrition. Comment expliquer ce phénomène ?

L'alcool, hautement énergétique

Chaque gramme d'alcool apporte 7 calories, contre 4 avec les glucides (sucres) et les protéines et 9 pour les lipides (graisses). Par ailleurs, de nombreuses boissons alcoolisées ne contiennent pas que de l'eau et de l'alcool, mais aussi beaucoup de glucides. C'est le cas par exemple du brandy qui apporte 30 g de glucides par 100 ml, ou des vins doux comme le porto, le muscat, l'amaretto qui contiennent 14 à 15 g / 100 ml. Quant à la bière, elle contient du malt et apporte 4 g de glucides par 100 ml.

Pour en revenir aux boissons dites alcooliques (par opposition aux boissons alcoolisées qui contiennent en plus beaucoup de glucides), il faut savoir qu'un litre de vin à 12°C apporte 96 g d'alcool pur, soit 972 calories.

Autrement dit, les personnes qui boivent l'équivalent d'un litre de vin par jour devraient prendre du poids, à hauteur de 96 g par jour. Or on observe l'inverse, les gros consommateurs d'alcool ne sont pas plus gros que les abstinents, ils ont même un indice de masse corporelle (IMC) légèrement inférieur à la moyenne nationale.

Comment expliquer que les gros consommateurs d'alcool ne prennent pas de poids ?

Pendant longtemps, ce phénomène a été attribué au fait que les personnes alcooliques mangent moins que les autres. Or c'est plutôt l'inverse que l'on observe.

Les études concordent : les gros consommateurs d'alcool et les abstinents n'ont pas des apports en protéines, lipides et glucides qui diffèrent. Certaines études montrent même, probablement en raison d'une anxiété plus fréquente chez les personnes alcooliques, que leurs apports énergiques sont plus élevés. Les buveurs d'alcool mangent globalement plus de protéines et de lipides (viande, fromages, huile…) que les abstinents. Donc s'ils mangent plus énergétique, ils devraient être plus gros et avoir un IMC plus élevé.

L'explication est métabolique

L'alcool agit comme des "calories vides" qui ne sont pas comptabilisées dans le bilan énergétique et qui ne comptent pas pour la prise de poids. L'alcool consommé par les buveurs réguliers est métabolisé dans un système à part, spécifique, dont l'énergie produite n'est pas stockée mais consumée.

De plus, l'alcool stimule indirectement les systèmes qui produisent de la chaleur et augmente le débit cardiaque. Ces réactions contribuent à augmenter les dépenses énergétiques de repos.

C'est ainsi que les alcooliques ne risquent pas de devenir obèses, malgré leurs apports caloriques élevés, mais s'exposent plutôt à un risque de malnutrition.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 02 Février 2009 : 01h00
Mis à jour le Lundi 07 Décembre 2015 : 16h02
Source : La Revue du Praticien, Vol 59, 20 janvier 2009.
A lire aussi
Sodas, jus, alcool : combien de sucre et de calories par verre ?Publié le 05/07/2012 - 22h00

Vous surveillez votre ligne ? Alors surveillez bien votre verre.On peut facilement se retrouver à consommer des quantités incroyables de sucre en buvant un verre par-ci par-là !Suivez le guide pour éviter de boire trop de sucre et faire pencher la balance et le compteur à calories…

Régime The zonePublié le 10/08/2010 - 00h00

Mis au point en 1995 par un médecin américain, le docteur Barry Sears, le régime The zone (ou régime du juste milieu) est terriblement à la mode et médiatisé par les nombreuses stars qui le pratiquent. Il a été publié en France avec le titre accrocheur de " Régime des stars ".

Un cocktail équivaut à un burgerPublié le 04/07/2017 - 08h18

Afin de freiner les ardeurs des consommateurs qui ne se rendent pas compte de l’apport calorique des boissons alcoolisées, l'Association britannique de la santé publique propose des comparatifs très imagés qui devraient marquer les esprits. Ainsi, boire un cocktail équivaut en calories à...

Alcool et fêtes : les 5 fausses idées qui fâchentPublié le 10/12/2014 - 08h23

À l’approche des fêtes, Corinne Peirano, diététicienne et membre de l’Association française des diététiciens nutritionnistes (AFDN), part en guerre contre les idées reçues sur l’alcool qui poussent de nombreux consommateurs à en user, voire en abuser…

Plus d'articles