Fractures du poignet et de l’avant-bras

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 27 Mars 2014 : 11h46
Mis à jour le Vendredi 28 Août 2015 : 11h26
-A +A

Les fractures du poignet et de l’avant-bras sont des fractures fréquentes.

Ces blessures se rencontrent lors des pratiques sportives, mais aussi lors d’accidents dans la vie quotidienne.

Les fractures du poignet

Les fractures du poignet sont fréquentes. Elles sont le plus souvent la conséquence d’une chute sur la paume de la main : glissade, chute à vélo, d’un escabeau, snowboard, autres activités sportives. Elles sont variées et de conséquences très diverses. Globalement, la complexité de la fracture et les lésions associées dépendent de la position de la main au moment du traumatisme (main dans l’axe de l’avant-bras ou plus ou moins inclinée) et de la violence du choc.

La fracture de Pouteau et Colles est la plus fréquente. Elle correspond à une fracture de l'extrémité inférieure du radius (l’un des deux os de l’avant-bras), sans atteinte de l’articulation du poignet elle-même. Elle se traduit par un déplacement vers le dos de la main.

La fracture peut se compliquer et toute l’extrémité du radius peut être fragmentée.

  • Chez l’enfant, on peut rencontrer un simple tassement « motte de bourre », sans déformation visible ou des fractures incomplètes (en bois vert).
  • Chez l’adolescent, le décollement épiphysaire est plus fréquent (extrémité de l’os où se fait la croissance). Survient aussi plus souvent chez l’adolescent une fracture associée de l’extrémité inférieure des deux os de l’avant-bras.

Après remise en place des os, ils sont maintenus jusqu’à consolidation (entre 4 et 6 semaines).

Différentes techniques sont possibles :

  • Plâtre

    Immobilisation complète à l’aide d’un plâtre (traitement orthopédique). Des radiographies sont réalisées en début de traitement afin de vérifier l’absence de déplacement.

  • Broches

    Avant la pose du plâtre, il peut être nécessaire de fixer les fragments osseux à l’aide de broches pour éviter leurs déplacements. Parfois les broches percent la peau et pourront alors être retirées lors d’une consultation sans anesthésie. Les broches peuvent aussi être utilisées comme encrage pour caler les fragments.

  • Plaques vissées

    Certaines fractures nécessitent de visser des plaques, le plus souvent sur la face antérieure (palmaire) du radius en présence de fracture marginale antérieure.

  • Fixateurs externes

    En cas de fracture ouverte, un fixateur externe est employé : sorte d’outil prenant appui à la base du radius et sur le métacarpien (dos de la main), et maintenant ainsi à distance les os fracturés.

La récupération est très variable, elle dépend du type de fracture et de l’âge du patient. Ainsi certaines personnes récupèrent totalement, d’autres garderont une gêne, voire un handicap.

Les Solutions naturelles

La solution phytothérapie

La prêle est une des plantes les plus riches en silice, élément qui stimule la production de collagène dans les os et les cartilages. Ainsi dotée de propriétés reminéralisantes, cette plante est utile en cas de fracture.

Cliquez ici pour découvrir la fiche prêle

La solution phytothérapie

Riche en silice, l’ortie possède des propriétés reminéralisantes intéressantes pour la consolidation en cas de fracture. Également dotée de propriétés anti-inflammatoires, cette plante est recommandée en cas de douleurs rhumatismales.

Cliquez ici pour découvrir la fiche ortie

Les complications d'une fracture

La fracture peut avoir endommagé les tissus environnants, entraînant des douleurs ou des gênes dans les mouvements. Le traitement lui-même, avec notamment la pose de broches ou de fixateurs, peut être à l’origine de réactions secondaires (irritation de la peau, d’un rameau nerveux, d’un tendon…), mais qui disparaissent dès le retrait.

Enfin, le syndrome d’algodystrophie est une complication fréquente provoquant des douleurs vives diurnes aux mouvements et nocturnes au repos. Le poignet, la main et les doigts sont gonflés, la peau est brillante, avec une raideur handicapante du poignet. Ce syndrome nécessite une prise en charge.

Après le plâtre, la rééducation est le plus souvent nécessaire pour retrouver une bonne mobilité du poignet et une bonne force de préhension.

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 27 Mars 2014 : 11h46
Mis à jour le Vendredi 28 Août 2015 : 11h26
Source : Sofcot, http://www.sofcot.fr.
A lire aussi
Scaphoïde Publié le 26/04/2002 - 00h00

Le scaphoïde est un os qui fait partie des os du carpe. Le carpe est un ensemble de huit os formant l'architecture de base du poignet entre l'avant-bras et la main. Le scaphoïde en est un des principaux éléments.

Fracture de la clavicule Publié le 25/04/2002 - 00h00

La clavicule est un os qui relie le sternum et l'omoplate, plus précisément une surélévation de l'omoplate appelée acromion.

Fractures du tibia et du péroné Publié le 27/03/2014 - 10h51

Le tibia et le péroné sont deux os de la jambe.Le premier est imposant (c’est l’os le plus grand, il doit supporter le poids du corps), l’autre est plutôt fin, mais ces deux os sont intimement liés. Ils sont réunis par une membrane interosseuse et s’articulent ensemble par des...

Scaphoïde : attention les mains ! Publié le 26/12/2005 - 00h00

Le scaphoïde est un petit os situé à la base du pouce. Lors de chute vers l'avant avec réception sur les mains à plat, c'est souvent lui qui trinque.

Plus d'articles