Ortie

Les feuilles d’ortie (Urtica dioica) sont riches en vitamines et en minéraux. Elles sont recommandées en cas de douleurs articulaires et rhumatismales, pour les phanères (ongles et cheveux) cassants et fragiles, ainsi que pour les peaux sujettes à imperfections. Les racines d’ortie sont parfois utilisées en cas d’hypertrophie bénigne de la prostate.

Publicité

L’ortie, répandue et piquante

L’ortie est surtout connue pour ses feuilles munies de poils qui déclenchent des démangeaisons semblables à des brûlures au moindre contact. Elle doit d’ailleurs son nom latin à ses piqures urticantes. L’ortie est très répandue dans les régions tempérées ; on la trouve dans les zones incultes, le long des chemins ou dans les jardins. Le purin d’ortie est apprécié des jardiniers comme fertilisant et antiparasitaire.

Déjà connue de Disocoride (médecin grec, 1er siècle) qui la conseillait pour les blessures et les saignements, l’ortie est aujourd’hui utilisée en phytothérapie pour ses propriétés reminéralisantes et astringentes.

Les feuilles d’ortie reminéralisantes

Reminéralisantes, les parties aériennes de l’ortie sont riches en minéraux, en oligo-éléments ainsi qu’en vitamines. Elles contiennent de grandes quantités de vitamine C, de provitamines A, de fer ainsi que du zinc et de la silice. L’ortie contient également de l’acide folique (vitamine B9). La diversité de ses composants en fait un excellent tonique en cas de fatigue et explique son utilisation traditionnelle dans les problèmes de cheveux et d’ongles cassants (présence de vitamines du groupe B et silice). Sa renommée en lotion pour favoriser la pousse des cheveux n’est plus à faire.

Guide: 

Publié par Audrey Gast le Jeudi 16 Juillet 2015 : 11h03
Mis à jour le Jeudi 16 Juillet 2015 : 11h03
PUB
PUB