50 000 fractures du col du fémur par an

Publié le Jeudi 09 Décembre 1999 : 01h00
-A +A
A partir de l'âge de 60 ans, les chutes sont de plus en plus fréquentes. Leurs complications sont également de plus en plus fréquentes : en particulier, fractures du col du fémur, des poignets, des vertèbres.

En France, on estime que chaque année, un tiers des personnes âgées de 65 ans ou plus fait au moins une chute. Ces chutes sont souvent sans gravité, mais globalement, environ 5 % de ces chutes s'accompagnent de fractures, et 5 % à 10 % s'accompagnent d'autres blessures. Le risque de fracture après une telle chute est deux à trois fois plus élevé chez les femmes que chez les hommes. Les risques de chute et de fracture augmentent aussi très fortement en cas de consommation de médicaments psychotropes (c'est-à-dire de tranquillisants, de somnifères ou d'antidépresseurs). D'autres facteurs de risque sont les troubles de l'équilibre et de la marche, la diminution de la force musculaire, les troubles cognitifs (autrement dit, la dégradation des fonctions du cerveau) et les troubles de la vision. Mais aussi le tabagisme, une consommation excessive d'alcool et le déficit en vitamine D (par carence alimentaire ou par manque d'exposition au soleil).

Une source importante de handicap grave

Ces chutes provoquent chaque année en France 40 000 à 65 000 tassements de vertèbre et 35 000 fractures du poignet. Et surtout, 50 000 fractures de l'extrémité supérieure du fémur chez les 10 millions de femmes vivant en France qui ont plus de 50 ans. Sur ces 50 000 femmes, 20 % (soient 10 000) vont décéder dans l'année qui suit, et 50 % (soient 25 000) vont garder un handicap définitif, souvent à l'origine d'une perte d'autonomie et d'un déménagement vers une institution.

La prévention repose plus sur une modification des habitudes de vie que sur des examens médicaux ou des traitements.

Toutes les mesures qui permettent de diminuer le risque de chute chez les personnes âgées de 50 ans ou plus ont donc une grande importance. Et parmi elles, le maintien d'une activité physique régulière, la poursuite d'une alimentation équilibrée (comportant notamment des vitamines et du calcium) et l'abandon des traitements psychotropes qui ne sont pas indispensables doivent jouer un rôle majeur. A l'heure actuelle, le dépistage du risque de fracture par diverses méthodes (notamment l'ostéodensitométrie) et les traitements à visée préventive font l'objet de controverses, leur efficacité n'étant pas véritablement démontrée.

Publié le Jeudi 09 Décembre 1999 : 01h00
Source : " Prévention des fractures de la femme âgée " Prescrire 1998; 18 (183): 291-297. " Psychotropes chez les sujets âgés: le risque de chute et de fracture augmente " Prescrire 1998; 18 (189): 776-779. Dargent-Molina P et coll. " Fall-related factors and risk of hip fracture: the EPIDOS prospective study " Lancet 1996; 348: 145-149. Expertise collective INSERM " Ostéoporose, stratégie de prévention et de traitement " INSERM, Paris 1997: 248 pages.
A lire aussi
Les antidépresseurs cassent les os Publié le 30/07/2003 - 00h00

Au-delà de 65 ans, les femmes qui prennent des psychotropes auraient un risque de fracture plus élevé de 40%. Dans le cas précis d'un antidépresseur, ce risque est de 25% et concerne particulièrement la fracture de la hanche.

Fracture d’ostéoporose : cinq différences hommes/femmes Publié le 12/02/2016 - 16h02

L’ostéoporose et le risque de faire une fracture ostéoporotique ne sont pas l’apanage de la femme et ne sont pas forcément liés à la ménopause. L’homme en souffre aussi, moins souvent mais avec des conséquences plus sévères. Homme ou femme, la même maladie ?

Vitamine D : anti-fracture et anti-chute Publié le 07/05/2003 - 00h00

La vitamine D offre des perspectives très intéressantes dans la prévention primaire de l'ostéoporose et de ces complications : efficace, facile, peu coûteuse et réalisable tant chez les hommes que chez les femmes. Et en plus d'un effet bénéfique sur la composition osseuse, cette vitamine...

Plus d'articles