Dormir trop peu augmente le risque d’accident de la route

Publié par Manon Anger, journaliste santé le Vendredi 06 Avril 2018 : 14h40

Le sommeil et le risque d'accidents de la route sont plus liés qu'on ne le pensait. La durée des nuits et l'apnée du sommeil sont responsables d'une somnolence excessive sur la route. 

© Adobe Stock

Dormir plus et mieux pour conduire mieux. Dormir trop peu serait responsable d'une somnolence excessive sur la route, tout comme l'apnée du sommeil, selon une étude américaine publiée dans la revue BMC Medicine.

Ces travaux, réalisés dans le cadre de la Sleep Heart Health Study, analyse les conséquences de la dette de sommeil et de l'apnéePour cette recherche, 3 201 participants, tous âgés de 40 à 89 ans, ont accepté d'être suivis.

Même sans somnolence ressentie

A l'aide d'un questionnaire et d'un appareil permettant d'analyser le sommeil des participants, les scientifiques ont pu établir que dormir 6 heures par nuit augmentait les risques d'avoir un accident de la route de 33 % comparé aux individus dormant 7 ou 8 heures. L'équipe de chercheurs souligne que ces risques existent même si le conducteur ne ressent pas de somnolence.

Sur la totalité des participants, 7 % avaient révélé dans leur questionnaire avoir eu un accident de la route dans l'année précédant l'étude. Tous ont reconnu que ces accidents pouvaient être liés à la qualité de leur sommeil ou au nombre d'heures dormi.

En ce qui concerne l'apnée du sommeil, une personne souffrant d'une forme sévère est exposée à un risque d'accident de la route multiplié par deux"Un manque de sommeil attribuable à l'apnée du sommeil ou à une durée de sommeil insuffisante est fortement associé aux accidents de la route dans cette population, en absence de somnolence excessive autodéclarée", conclut l'étude.

PUB

Les Français dorment mal

Avec une personne sur trois concernée, les troubles du sommeil sont fréquents dans la population française. Ils sont plus nombreux avec l'âge, et les personnes âgées souffrent davantage de réveils nocturnes. Les plus jeunes sont surtout concernés par les troubles de l'endormissement. Globalement, les femmes semblent plus concernées que les hommes.

Les conséquences du manque de sommeil sur la vie quotidienne sont nombreuses :

  • irritabilité, agressivité,
  • fatigue générale,
  • difficultés de concentration, fautes d'inattention,
  • stress,
  • maux de tête,
  • tensions musculaires,
  • troubles digestifs,
  • mais aussi somnolence diurne excessive.

Cette somnolence concerne un Français sur cinq et a des conséquences sévères sur le risque d’endormissement au volant et d'accidents en général.

Le manque de sommeil est aussi un facteur de risque de certaines maladies :

  • affaiblissement du système immunitaire,
  • obésité,
  • diabète,
  • hypertension,
  • dépression...

Vous l'aurez compris, le sommeil est primordial, et en manquer a de vraies répercussions sur notre santé. En cas d'insomnies sévères ou de troubles du sommeil gênant la vie quotidienne, il est important de consulter son médecin traitant.

Publié par Manon Anger, journaliste santé le Vendredi 06 Avril 2018 : 14h40
Source : Sleep deficiency and motor vehicle crash risk in the general population : a prospective cohort study. Daniel J. Gottlieb, Jeffrey M. Ellenbogen, Matt T. Bianchi et Charles A. Czeisler. BMC Medicine. 20 mars 2018
PUB
PUB
A lire aussi
Au fait Docteur, je dors très malPublié le 11/02/2011 - 11h01

Mal dormir ou dormir insuffisamment est tellement banal pour des millions de Français qu’ils ne pensent pas à en parler à leur médecin. Or un mauvais sommeil peut avoir de sévères conséquences tant sur le plan privé que professionnel. Quelle aide peut vous apporter votre médecin ?

La somnolence : une maladie gravePublié le 16/10/2000 - 00h00

La somnolence au cours de la journée affecte 20% des français ! Cette maladie interfère avec la qualité de vie professionnelle et personnelle et est associée à de multiples accidents graves. En raison de l'ampleur de ses conséquences, une sensibilisation du public et une meilleure prise en...

Ronflements et risque cardiovasculairePublié le 26/11/2007 - 00h00

Le simple ronflement est sans risque. En revanche, les ronflements intenses associés à des apnées obstructives du sommeil (arrêts transitoires de la respiration durant le sommeil) augmentent le risque cardiovasculaire. Une excellente raison de traiter les apnées du sommeil.

Plus d'articles