Apnées du sommeil : les enfants aussi !

© Istock

Un enfant qui ronfle toutes les nuits, ce n’est pas normal. Il peut souffrir d’un syndrome d’apnées dusommeil aux conséquences préjudiciables pour son développement. On estime que cette affection touche au moins 2 à 5% des enfants, avec un pic entre 2 et 8 ans. Quels sont les signes à repérer pour savoir si votre enfant est concerné ? Les explications du Dr Madiha Ellaffi, pneumologue et allergologue à Albi, spécialisée en maladies du sommeil de l’adulte et de l’enfant.

PUB

« Nous sommes en train de vivre la même situation qu’il y a dix ou vingt ans lorsque l’on a commencé à parler des apnées du sommeil chez l’adulte. Nous constatons aujourd’hui qu’elles se manifestent aussi chez l’enfant, bien que décrites depuis 30 ans, et à une fréquence presque aussi importante qu’à l’âge adulte. Ce trouble va par ailleurs croissant en raison d’un mode de vie favorisant », nous explique en préambule le Dr Madiha Ellaffi.

Les apnées de l’adulte sont souvent héritées de l’enfance

Un nombre important des cas d’apnées diagnostiqués à l’âge adulte résultent très probablement de troubles respiratoires du sommeil existant depuis l’enfance. C’est pourquoi chez un jeune patient qui consulte, il est essentiel de mener un interrogatoire précis sur les problèmes de sommeil, d’identifier certains symptômes caractéristiques et de rechercher une anomalie morphologique commune avec celles classiquement rencontrées chez l’enfant, comme un palais étroit. De telles anomalies se développent dans la petite enfance, et peuvent n’être dépistées qu’à l’âge adulte. Autrement dit, les apnées chez l’adulte sont rarement un phénomène nouveau, par opposition par exemple aux apnéesdu sommeil dépistées chez un sujet dont l’embonpoint va croissant, le surpoids étant un des facteurs de risque. Il existe de nombreux facteurs de risque, les apnées résultant ainsi non pas d’un seul mécanisme, mais d’une conjonction de plusieurs facteurs.

PUB
PUB

De très nombreux facteurs augmentent le risque d’apnées chez l’enfant

Il existe des facteurs génétiques transmis et retrouvés chez plusieurs membres d’une même famille (grands-parents, parents, fils/fille) comme un palais long, un score de mallampati 4, un cou court, un pharynx étroit, un menton reculé, etc.

Les apnées sont aussi plus fréquentes en relation avec la progression des allergies. En effet, une des premières causes d’apnée chez l’enfant est un nez bouché résultant d’une rhinite allergique, et souvent d’une allergie aux acariens : il respire par la bouche, sa langue se positionne mal, ce qui entrave le développement de son palais, menant à un palais étroit.

La succion du pouce ou de la tétine, poussant les dents en arrière, fait aussi partie des facteurs de risque. Les biberons qui remplacent de plus en plus tôt l’allaitement, peuvent augmenter les risquent de reflux gastro-œsophagiens fréquents qui irritent les voies aériennes et augmentent la taille des amygdales et des végétations, souvent déjà accentuée par l’allergie et les autres expositions comme au tabagisme. Ce dernier est par ailleurs un facteur de risque indépendant d’allergie et d’apnées. Parmi les autres éléments favorisant : les aliments mixés associés à une mâchoire plus petite, le surpoids qui réduit la taille du pharynx…

Tous ces facteurs contribuent à rendre difficile la respiration de l’enfant pendant la nuit.

Publié le 01 Décembre 2016 | Mis à jour le 08 Mars 2017
Auteurs : Rédaction E-sante.fr
Source : En collaboration avec le Dr Madiha Ellaffi, pneumologue et allergologue à Albi, spécialisée en maladies du sommeil de l’adulte et de l’enfant.
La rédaction vous recommande sur Amazon :