Bigorneaux et bulots

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Vendredi 11 Août 2006 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 03 Août 2007 : 02h00
Bigorneau et bulot sont des mollusques marins appartenant tous deux à la famille des gastéropodes, terme qui signifie "ventre sur pied". Tous deux ont un corps mou enfermé dans une coquille.
PUB

Bigorneau

Selon les régions ou les pays, il se nomme aussi "brelin", "escargot de mer", "guignette", "littorine" ou "vignot" (ou "vigneau"). Le bigorneau est un petit mollusque marin. Il mesure de 1 à 3 cm de diamètre quand il est français mais celui pêché sur les côtes du Portugal est plus grand. Sa coquille est gris foncé ou noire, à spires régulières finement striées. Un opercule la ferme qui, en cas de danger, protège le bigorneau à l'intérieur et maintient son corps humide. Le bigorneau est un herbivore qui vit en milieu rocheux et adore l'eau fraîche. Il rampe sur son pied en broutant tranquillement des algues : laitue de mer et/ou ulve sont ses préférées qu'il lèche avec sa "radula", sa langue râpeuse. Doté d'un poumon, le bigorneau respire à l'air libre pendant ses promenades à marée basse. On peut alors le voir, collé sur les rochers et en particulier sous certaines algues brunes. Le bigorneau se récolte jusqu'à 40 mètres de profondeur, à la main par plongée ou par aspiration.

PUB

Bulot

Sur les côtes de la Manche et de l'Atlantique où il est très courant, le bulot se nomme aussi "ran" ou "buccin". Sur celles de la Méditerranée où il est assez rare, on l'appelle également "casque épineux". La coquille du bulot, jaune ou brune, est en forme de spirales, son pied est blanc tacheté de noir à la périphérie.

La taille moyenne du bulot est de 3 à 5 cm mais elle peut aller jusqu'à 12 cm. Le bulot vit enfoui dans les fonds de sable et de vase jusqu'à 200 mètres de profondeur. Au moment des grandes marées, on le trouve au bas de l'eau sur les plages couvertes de grosses roches. Carnivore macrophage et nécrophage, le bulot se nourrit des cadavres frais de crabes, de vers et de coquillages bivalves. Il est muni d'une trompe qui lui permet de détecter leur odeur.

Guide: 

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Vendredi 11 Août 2006 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 03 Août 2007 : 02h00
PUB
PUB
A lire aussi
SolePublié le 11/08/2006 - 00h00

La chair de la sole est particulièrement délicate, délicieuse. Malheureusement, la sole, peu prolifique, est un poisson cher : il est à traiter avec respect et précaution.

PigeonPublié le 24/08/2001 - 00h00

Le pigeon, oiseau sauvage domestiqué depuis fort longtemps, a toujours été un volatile familier de l'homme, et ce depuis des millénaires. Celui-ci l'a toujours utilisé aussi bien pour se nourrir que pour transporter des messages, mettant ainsi à profit sa docilité, sa fécondité et son...

Oeuf de caillePublié le 23/08/2001 - 00h00

La caille est un oiseau très prolifique. Elle commence à pondre dès l'âge de six semaines et elle fournit de deux cents à trois cents oeufs par an.

LieuPublié le 11/08/2006 - 00h00

Sous ce nom de lieu se rassemblent deux grands poissons, tous deux de la famille des gadidés à laquelle appartiennent aussi le cabillaud et le merlan.

Plus d'articles