Vous mangez trop sucré ? Pourquoi risquez-vous un cancer ?

Le sucre nourrit les tumeurs

L'IGF favorise la croissance des cellules, dont les cellules cancéreuses, mais elle stimule également la production de facteurs de l'inflammation, qui, eux aussi, profitent aux tumeurs.

Au final, l'insuline et l'IGF encouragent la prolifération des tumeurs, mais aussi leur capacité à envahir les tissus voisins.

C'est ainsi que le sucre aide les tumeurs à se développer. Autrement dit, plus on mange de sucre, plus notre risque de cancer est élevé. L'explosion de notre consommation de sucre raffiné explique certainement l'épidémie de cancer actuelle !

Pour preuve, voici les résultats de quelques études citées par David Servan-Schreiber dans son livre " Anticancer " : " chez des femmes de moins de 50 ans, celles qui présentaient le plus haut taux d'IGF avaient 7 fois plus de risque de faire un cancer du sein " par rapport aux femmes qui avaient le taux le plus bas. Ce même phénomène a été observé pour le cancer de la prostate, avec un risque 9 fois moins élevé. L'index glycémique est aussi associé au cancer du pancréas, du côlon et des ovaires.

PUB
PUB

Contre le cancer, mangeons moins de sucre

Une des pistes de recherche pour mettre au point de nouveaux médicaments contre le cancer porte sur des molécules capables de réduire les pics d'insuline et d'IGF dans le sang.

Mais sans attendre, nous pouvons dès à présent réduire notre risque de cancer en mangeant moins d'aliments à index glycémique élevé, soit moins de sucre et moins de farines blanches, qui ont elles aussi un index glycémique élevé.

En pratique, contre le cancer, moins de :

Sucre dans le thé ou le café.

Desserts sucrés (exception des fruits).

Confiseries.

Sodas et boissons sucrées.

Farines blanches et céréales raffinées.

Riz blanc.

Pommes de terre.

A remplacer par :

Des substituts naturels du sucre (stévia, xylitol, aspartam).

Des farines et céréales complètes.

Du riz complet, basmati ou thaï.

Des légumes et légumineuses.

Des fruits frais.

A noter que moins de sucre, c'est moins de cancer, mais c'est aussi moins de diabète, d'obésité et de maladies cardiovasculaires...

(1) Cordain L, Eaton S, Sebastian A, et al. Origins and evolution of the Western diet : health implications for the 21st century. American Journal of Clinical Nutrition 2005; 81(2) : 341-54.

Publié le 25 Janvier 2010
Auteur(s) : Dr Philippe Presles
Source : " Anticancer ", David Servan-Schreiber, éditions Robert Laffont.