Diabète du chien : quels sont les signes ?

Publié le 16 Juillet 2019 à 14h29 par Sophie Raffin, journaliste santé
Validé par : Dr Caroline Daumas, Vétérinaire
Comme les humains, le chien peut souffrir du diabète. Quels sont les symptômes de cette maladie chronique qui touche près d'un compagnon à quatre pattes sur 500 ? Comment les propriétaires peuvent la prendre en charge ?
© Istock

Qu'est-ce que le diabète du chien ?

Le diabète sucré du chien est une maladie hormonale chronique. Le pancréas de l'animal ne produit pas ou peu d'insuline, l'hormone responsable de l’assimilation du sucre dans le sang. En raison de ce défaut, le taux de sucre (glucose) reste élevé dans le sang.

Chez un animal en bonne santé, la glycémie se situe entre 0,70 et 1,10g de glucose/litre de sang lorsqu'ils sont à jeun. Lors des prémisses de la maladie, le taux grimpe entre 1,50 et 1,80g/litre. Mais la maladie se déclare réellement lorsque le taux de glucose est supérieur à 3g de glucose/litre de sang. Les propriétaires remarquent alors les symptômes de cette pathologie chronique.

La vétérinaire Caroline Daumas explique “les signes les plus facilement repérables par les propriétaires sont une prise de boisson augmentée avec des émissions d'urine également plus importantes, associées à une perte de poids et une augmentation de l'appétit”.

Par ailleurs, l'animal semble moins en forme. Il se fatigue très rapidement.

Si vous constatez un ou plusieurs de ces symptômes chez votre compagnon canin, il est préférable de prendre rapidement rendez-vous avec le vétérinaire. En plus d'un examen général complet, le professionnel réalisera des analyses urinaires et sanguines afin de déterminer le taux de glucose dans le sang et les urines.

Les chiens les plus à risque

Plusieurs facteurs favorisent l'apparition du diabète chez les chiens : le surpoids et l'âge. En effet, la maladie apparaît généralement chez les animaux ayant entre 6 et 10 ans. Les femelles - surtout si elles n'ont pas été stérilisées - sont nettement plus touchées que les mâles. La pathologie est deux à trois fois plus fréquente chez elles.

En outre, certaines races de chien sont plus à risque face au diabète. La spécialiste confirme “il semble que certaines races de chiens seraient effectivement plus représentées comme le Spitz loup, le Cairn Terrier, le Caniche, le Teckel, le Beagle, et le Pinscher nain”.

Diabète du chien : les complications de la maladie

[image:fid::6775990|title::|alt::Votre chien aussi peut avoir du diabète|width::680|height::453alt::Diabète du chien : les complications de la maladie]

Comme pour l'homme, le diabète peut avoir de graves conséquences chez le chien si la maladie n'est pas prise en charge.

Le docteur Caroline Daumas ajoute “les complications possibles les plus aiguës sont des crises d'acidocétose qui représentent un motif classique de présentation aux urgences”. Elles apparaissent lorsque l'animal a un taux d'insuline trop faible dans le sang. En l'absence de l'hormone, le corps utilise les graisses comme carburant énergétique à la place du sucre. Des corps cétoniques - produits lors de cette transformation - s'accumulent alors dans le sang et augmentent son acidité. Ces crises provoquent un abattement intense, une perte d'appétit, une déshydratation, des vomissements, voire dans les cas les plus graves un coma.

D'autres complications peuvent également apparaître sur le long terme lorsque le diabète de l'animal n'est pas correctement pris en charge comme des infections, notamment urinaires, des problèmes oculaires (cataracte) ou encore des atteintes rénales.

Diabète sucré du chien : quels traitements ?

[image:fid::6775991|title::|alt::Votre chien aussi peut avoir du diabète|width::680|height::453alt::Diabète sucré du chien : quels traitements ?]

Le diabète est une maladie chronique. Le patient à poil ne peut pas en guérir. Toutefois, une prise en charge adaptée permettra à l'animal d'avoir une vie normale. Elle repose sur l'alimentation ainsi que sur l'administration d'insuline. La spécialiste détaille le traitement “De manière classique, des administrations biquotidiennes d'insuline sont réalisées par les propriétaires à la maison au moment des repas (matin et soir). L'alimentation doit être adaptée afin de couvrir les besoins en glucides et en énergie du chien, tout en privilégiant des sources de glucides qui vont permettre une bonne régulation de la glycémie dans le temps, en évitant de trop fort pics de glycémie dans le sang. On privilégie ainsi les glucides à index glycémiques bas et les fibres”.

De plus, des hospitalisations sur 24/48h peuvent être réalisées en cabinet vétérinaire. L'équipe profitera de ces séjours pour vérifier que les quantités d'insuline prescrites sont bien adaptées à l'animal.

La vétérinaire précise "Des suivis à la maison à l'aide de bandelette urinaires ou de glucomètres adaptés aux chiens peuvent aussi être recommandés selon les cas". Elle ajoute "Une bonne communication propriétaire-équipe soignante reste essentielle, car la prise en charge de cette maladie nécessite des propriétaires impliqués et un bon encadrement vétérinaire dans la mise en place et le suivi du traitement". 

Le diabète insipide, une maladie rare

[image:fid::6775992|title::|alt::Votre chien aussi peut avoir du diabète|width::680|height::454alt::Le diabète insipide, une maladie rare]

Les chiens peuvent également souffrir d'une maladie rare appelée le diabète insipide. Malgré son nom et la similarité des symptômes (augmentation importante de la quantité des urines et de la soif), la pathologie n'a pas de lien avec le diabète sucré. Il s'agit, en effet, d'un trouble de la régulation du métabolisme de l’eau. Les reins du chien n'ont plus la capacité de réabsorber l’eau qu'ils filtrent et l'éliminent alors en quantité excessive. Ce dysfonctionnement peut être lié à un déficit de sécrétion d’hormone antidiurétique (ADH) ou à une incapacité des reins de réagir à cette hormone.

Outre l'augmentation des mictions et de la soif, les propriétaires peuvent également remarquer chez les animaux atteints de ce mal hormonal : des urines très claires, un plus grand nombre de malpropretés ou encore une altération du pelage.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Merci à Caroline Daumas, vétérinaire diplômée du CES de diététique canine et féline.