Vieillir avec succès, c'est possible !
Sommaire

Mieux comprendre le vieillissement, un défi de chercheurs...

Beaucoup d'expériences scientifiques visent à mieux comprendre les mécanismes du vieillissement biologique. Le but ultime est d'arriver à intervenir pour modifier ou ralentir ce phénomène. L'intérêt pratique de ces travaux est parfois limité, mais ils arrivent quand même à suggérer que bon nombre de comportements peut augmenter la longévité. En voici une liste non exhaustive, dans la catégorie prévention primaire…

Les bons réflexes

  • Entretenir de bonnes relations avec sa famille et son entourage de quartier est une clé essentielle du vieillissement réussi. Ne pas s'isoler, veut dire rester en lien avec au moins 5 personnes différentes dans une semaine… Ce n'est pas forcément facile quand la famille est manquante et que les amis de toujours ont le même âge.
  • Lutter contre le « stress oxydatif ». Ce phénomène est à l'origine de dégâts très importants sur les cellules. Une alimentation suffisamment variée, apportant des vitamines C et E, des bêta carotènes et des oligo-éléments (cuivre, fer, zinc), offre une bonne protection. L'Institut National de Prévention et d'Education pour la Santé recommande de manger au moins 5 fruits et légumes par jour, quelle que soit leur forme (crus, cuits, surgelés ou en conserve).
  • Lutter dès le début de la vie contre le surpoids afin d'éviter les maladies induites par la surcharge pondérale. Baisser son taux de cholestérol diminue le risque d'accident cardiovasculaire dans un délai de 5 à 15 ans. Si tous les efforts doivent se faire autour de la cinquantaine, ils ne sont plus justifiables après 80 ans.
  • Pratiquer une activité physique régulière. Plus on avance en âge, plus l'activité physique a des effets thérapeutiques indirects, mais importants, sur l'autonomie. La marche et la gymnastique douce sont des activités à encourager, pratiquement sans aucune restriction.
  • Veiller à une bonne hygiène bucco-dentaire est indispensable, si l'on veut éviter les inéluctables prothèses dentaires du grand âge ! Deux brossages par jour et des visites régulières chez le dentiste font souvent l'affaire.
  • Arrêter de fumer, c'est bien, même à 99 ans ! Si les risques de cancer ne diminuent qu'après 5 à 10 ans, l'arrêt du tabac est immédiatement bénéfique à tout âge sur la qualité de vie (amélioration de la respiration, augmentation de l'appétit, diminution de la toux, etc.).
  • Contrôler sa tension artérielle. Normalement, chacun devrait connaître sa Tension Artérielle, et la faire surveiller au moins une fois tous les deux ans. C'est un gage de prévention des maladies cérébro-vasculaires du grand âge.
  • Se faire vacciner : chaque année contre la grippe dès 65 ans, tous les 5 à 10 ans contre le tétanos (surtout les férus de jardinage) et en cas de fragilité particulière, une à deux fois contre le pneumocoque.
  • Utiliser certains médicaments de prévention à bon escient : c'est-à-dire consulter. Le médecin vous examinera et vous proposera peut-être certains dosages sanguins (vitamines, oligo-éléments, calcium, hormones, etc.) afin d'établir le bon traitement.Par exemple, la vitamine C, E ou les oligo-éléments (zinc, magnésium, sélénium) sont inutiles si l'alimentation est variée et les dosages sanguins normaux.La compensation des déficits hormonaux dus à l'âge se discutera au cas par cas, en accord avec le gynécologue pour les femmes (traitement substitutif de la ménopause) et l'urologue pour les messieurs (supplémentation en testostérone ou DHEA).
  • Se garder une petite place au soleil ! Si l'exposition solaire doit rester modérée pour ne pas accélérer le vieillissement cutané, il ne faut pas oublier qu'elle est nécessaire à la fabrication de la vitamine D, qui solidifie les os.
  • Faire travailler ses méninges… mais pas n'importe comment. La participation coûte que coûte à des ateliers mémoire ne sert à rien. Pour stimuler sa fonction intellectuelle, il faut surtout garder la maîtrise de ses choix et l'envie d'entreprendre. Ainsi, en maintenant ses capacités d'investissement, on développe ses facultés de mémorisation. C'est ce que prouve l'étude PAQUID : le jardinage, le bricolage, les voyages, préservent du vieillissement intellectuel pathologique.Au final, il y en a des choses à faire pour bien vieillir ! Pour se souvenir de l'essentiel, voici les Dix Commandements de la prévention primaire.
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Ostir GV et al., Emotional well-being predicts subsequent functional independance and survival. J Am Geriatr Soc, 2000; 48 : 473-78. Arcand-Hebert. Précis Pratique de Gériatrie, deuxième Edition. Maloine. pp 851-863.